Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

La Rochelle : un bateau teste une alternative écologique à l'antifouling

-
Par , France Bleu La Rochelle

Une entreprise a créé un adhésif qui permet de protéger les coques de bateau, une solution alternative à la peinture toxique traditionnellement utilisée.

Avec le temps, les algues s'accrochent aux coques des bateaux.
Avec le temps, les algues s'accrochent aux coques des bateaux. - Tamata Océan

La Rochelle, France

Fini la peinture antisalissure toxique - le fameux antifouling contenant des biocides - pour protéger les coques des bateaux. Il existe désormais un revêtement qui ne pollue pas l'océan !  Il s'agit d'un adhésif en silicone à coller sur la coque du navire et qui empêche les algues de s'y accrocher. Il a été inventé il y a sept ans par l'entreprise française Uniflow.

Romain Tourte, le président de l'association Tamata Océan, qui cherche des alternatives éco-responsables sur les bateaux, teste l'adhésif depuis cinq ans sur son navire et il n'y voit que des avantages.

Romain Tourte, le président de l'association Tamata Océan.

Une petite révolution dans le milieu marin

Le port de La Rochelle, qui soutient cette solution, a permis au bateau de Romain Tourte d'être nettoyé directement sur la cale, au lieu d'être caréné sur une aire technique comme c'est habituellement le cas. "C'est exceptionnel", prévient le port de La Rochelle. S'il l'autorise, c'est parce que la solution est écologique et rapide. Le bateau arrive et repart avec la marée, le travail peut être réalisé en deux heures seulement. En cale sèche, il faut compter au moins deux jours. 

"On utilise simplement notre huile de coude, une éponge et de l'eau de mer pour nettoyer la surface et tout part très facilement contrairement au revêtement classique où on est obligé de passer des coups de karcher, la brosse et parfois de gratter vraiment fort", témoigne Romain Tourte.

Il suffit d'une éponge et de l'eau salée pour nettoyer la coque. - Aucun(e)
Il suffit d'une éponge et de l'eau salée pour nettoyer la coque. - Tamata Océan

Ce revêtement permet d'éviter les rejets de métaux lourds dans l'océan car les peintures classiques de protection des bateaux sont toxiques. C'est un argument qui fait mouche auprès de Thierry, qui habite Angoulême et à un bateau sur le port de la Rochelle depuis 15 ans : "On est de plus en plus sensibilisés à l'écologie, on carène à contre-cœur. Quand on passe du produit pour éviter qu'il y ait un retour trop important d'algues sur le bateau, _on sait qu'on met des produits polluants_, qui agissent négativement sur la faune et la flore".

Ce plaisancier est prêt à investir dans l'adhésif, même si le prix est un peu élevé. Il faut compter 3 000 euros pour faire poser la protection en silicone mais il dure cinq ans minimum. La peinture antifouling, elle, revient à 500 euros en moyenne chaque année.

Reportage : un antifouling écologique pour protéger les bateaux.

Deux heures de nettoyage plus tard, voilà le résultat ! - Aucun(e)
Deux heures de nettoyage plus tard, voilà le résultat ! - Tamata Océan
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu