Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La rumeur persiste autour de la construction d'un EPR à la centrale de Chinon

vendredi 26 octobre 2018 à 17:34 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Le gouvernement envisage la construction de nouveaux réacteurs EPR, à condition de maîtriser les coûts. Une décision qui ne sera pas prise avant 2021. De son côté, EDF achète déjà des terrains autour de certaines centrales, c'est le cas du site d'Avoine.

La centrale de Chinon est dans une démarche de prolongement des réacteurs à 60 ans
La centrale de Chinon est dans une démarche de prolongement des réacteurs à 60 ans © Maxppp - Nicolas Kovarik/IP3

Chinon, France

Le gouvernement français vient d'annoncer qu’il n’écarte pas la construction de nouveaux réacteurs EPR, à condition que les coûts soient maîtrisés. De son côté, EDF demande depuis plusieurs années que l’Etat lance le processus pour déployer de nouveaux réacteurs afin de remplacer une partie des 58 réacteurs du parc français qui vont progressivement devoir fermer, atteignant la limite d’âge. Le fournisseur qui travaille sur des EPR simplifiés, moins chers et moins longs à construire. Alors, est-ce qu'il y aura de nouveaux EPR en France, de nouveaux réacteurs nucléaires de 3ème génération ? Aucune décision ne sera prise avant 2021, au mieux. L'Etat souhaite d'abord avoir des garanties sur la maîtrise des coûts financiers après le cas Flamanville dans la Manche. Ce dernier chantier a en effet connu de multiples retards et surcoûts, et EDF prévoit désormais de le démarrer fin 2019, pour une mise en service commerciale en 2020, contre 2012 initialement.

EDF cherche à acquérir des terrains autour du site d'Avoine

Est-ce que la centrale de Chinon (Avoine) pourrait accueillir un EPR ? La rumeur circule, d'autant que l'Etat vient de demander aux élus du Chinonais de trouver 30 hectares de terrain à proximité du site, tout en sachant qu'EDF possède déjà 90 hectares de réserve foncière sur place. Philippe Gardelle est membre du groupe local Sortir du Nucléaire Touraine.  Il explique le manque d'information autour de cette extension. Tout est donc possible, selon lui. Ce projet-là, on n’a pas de détails précis sur ce que veut en faire EDF. Est-ce qu’ils veulent implanter un autre réacteur ? On parle d’EPR qui peuvent désormais être installés sur les fleuves, ce qu’on pensait impossible avant. Personne ne nous a dit, ce sera un EPR ! Personne ne nous a dit, ce sera autre chose ! Pourquoi pas une piscine de stockage de déchets radioactifs, on en sait rien ? Ce qui est peut-être plus grave c’est que les élus, eux-mêmes, ne savant pas. On est obligés de se livrer à des suppositions. 

Même les élus locaux ne savent rien

A la centrale de Chinon, on assure que cette extension n'a aucun lien avec un éventuel EPR. Le directeur de la centrale Antoine Ménager, qui préfère évoquer uniquement l'exploitation de son site oùil a 4 réacteurs de 900 MW, explique qu'il souhaite emmener le parc le plus loin possible. Notre but, et c'est celui d'EDF, est d'amener les réacteurs à 60 ans avec un haut niveau de sûreté. On a déjà le cap des 40 ans à passer en 2023.  Pour le reste, on a le temps de parler de la suite. _On est dans une optique d'aller jusqu'à 60 ans, donc l'après, il ne se pose pas tout de suite_. Il explique que le projet d'extension vise à sécuriser le site et à accompagner le programme industriel existant. Il faut de la place pour installer ces bâtiments supplémentaires, je pense par exemple aux bâtiments d'ultime secours diesel, des sortes de bunkers dans lesquels il y a des sources électriques supplémentaires décidés après l'accident de Fukushima.