Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

La sécheresse 2019 rouvre les fissures des maisons des sinistrés de la sécheresse 2018 en Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

24 communes d'Indre-et-Loire ont été reconnues victimes de catastrophe naturelle, la semaine dernière, en raison des dégâts liés à la sécheresse de l'an dernier. Chez les sinistrés de 2018, la sécheresse 2019 est une nouvelle épreuve puisque les fissures des maisons s'accentuent, actuellement.

Une fissure à l'intérieur de la maison, juste à côté de la porte d'entrée
Une fissure à l'intérieur de la maison, juste à côté de la porte d'entrée © Radio France - ©Boris Compain

Indre-et-Loire - France

La sécheresse actuelle ravive de très mauvais souvenirs chez les gens dont les maisons ont déjà été fissurées par la sécheresse  l'an dernier. La semaine dernière, 24 communes d'Indre-et-Loire ont été reconnues comme victimes de catastrophe naturelle, suite au temps sec de l'an dernier. Parmi ces 24 villes, il y a notamment la Membrolle-sur-Choisille, au nord de Tours. 

Dans le garage, au sous-sol, on constate de nombreuses fissures, dont celle-ci, de plusieurs mètres de long - Radio France
Dans le garage, au sous-sol, on constate de nombreuses fissures, dont celle-ci, de plusieurs mètres de long © Radio France - ©Boris Compain

Arnaud Duperry vit dans un lotissement bâti il y a 45 ans, sur un terrain argilo-calcaire : la plupart des maisons du quartier ont subi des dégradations importantes, l'an dernier, et sous l'effet de la sécheresse actuelle, les fissures se rouvrent : "_Vous seriez venu il y a deux mois, les fissures s'étaient reposées, mais maintenant elles se sont toutes écartées complètement_. La fenêtre-là, on ne peut plus l'ouvrir, ça coince de partout, c'est une catastrophe et les fissures réapparaissent pire qu'à l'automne. J'en ai sur la façade Sud-Sud-Ouest, pareil au niveau du sous-sol et pareil à l'intérieur donc en gros, sur toute cette partie-là, c'est comme si la maison faisait une sorte de vague : Ca gonfle, elle remonte donc toutes les fissures se tassent. Ca sèche, hop, la maison descend et toutes les fissures se rouvrent. J'ai environ 15 mètres de façade et environ 12 mètres fissurés.

Une fissure à l'extérieur, près de la porte d'entrée - Radio France
Une fissure à l'extérieur, près de la porte d'entrée © Radio France - ©Boris Compain

C'est très stressant. Je regarde tous les jours les fissures et j'écoute les craquements, aussi : Il y a des maisons ici, les habitants entendent carrément les carreaux péter...ca devient compliqué" 

Arnaud Duperry a envoyé tous les documents nécessaires dès la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. Il redoute maintenant une bataille d'experts : 

"La maison a été complètement refaite il y a huit ou neuf ans. Le ravalement a cinq ans et là j'ai quasiment 100 000 euros de travaux à refaire"

Par endroit, des témoins ont été installés pour mesurer l'évolution de la taille des fissures - Radio France
Par endroit, des témoins ont été installés pour mesurer l'évolution de la taille des fissures © Radio France - ©Boris Compain

Il aurait fallu que la reconnaissance de catastrophe naturelle soit étendue à trois fois plus de villes, selon l'A.S.S.I.L

Selon l'A.S.S.I.L, l'Association des Sinistrés de la Sécheresse en Indre-et-Loire, suite au classement en catastrophe naturelle des 24 communes, les experts vont se rendre chez 90 familles qui affirment avoir vu des fissures apparaître l'an dernier. L'association affirme qu'elle avait été contacté par plus de 500 personnes, au total, mais que les autres familles vivent dans des communes qui n'ont pas été reconnu comme victime de catastrophe naturelle.

"Il y a eu 24 communes reconnues en état de catastrophe naturelle. On en a sans doute oublié une cinquantaine, notamment dans la partie Sud du département. Là-bas, certains habitants ont des maisons qui se dégradent depuis huit sans jamais avoir obtenu cette reconnaissance". Gérard Chenedet, vice-président de l'A.S.S.I.L

Choix de la station

France Bleu