Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La sécheresse impacte la circulation des bateaux sur la Moselle

vendredi 26 octobre 2018 à 18:47 Par Arthur Blanc, France Bleu Lorraine Nord

C'est une des conséquences de la sécheresse qui s'est abattue sur le département cet été. Le niveau des courts d'eau est en baisse et certaines péniches ne parviennent plus jusqu'au port de Metz. C'est principalement au niveau de l'embouchure du Rhin que la profondeur est la plus faible.

D'ordinaire, le bief au niveau du port de Metz affiche complet. Mais en ce moment, il peine à voir des bateaux naviguer.
D'ordinaire, le bief au niveau du port de Metz affiche complet. Mais en ce moment, il peine à voir des bateaux naviguer. © Radio France - Arthur Blanc

Metz, France

L'image est frappante. "Normalement, le bief est plein", se désole Jacques Kopff, le directeur général de la Société des Ports de Moselle. Il faut dire que l'été a été particulièrement rude pour les rivières et fleuves. Conséquence : certaines péniches n'arrivent plus à franchir les courts d'eau pour transporter de la marchandise.

Le chemin vers le Nord bloqué

Pour l'heure, la Moselle parvient à rester à une profondeur de 3 mètres environ, grâce notamment aux 25 écluses qu'il existe entre Metz et Coblence qui permettent de réguler le niveau d'eau. Mais dans le Rhin, la situation est différente. "On peut marcher à certains endroits où on a 1 mètre 40 de profondeur", commente Jacques Kopff.

Ce qui inquiète le port de Metz, c'est que 65% des exportations sont des produits agricoles dont beaucoup rejoignent l'Europe du Nord (Allemagne, Belgique, Pays Bas) par l'eau. Le train ne suffit pas à compenser les pertes, et à terme, les clients pourraient se tourner vers d'autres ports. D'autant que certaines péniches, qui pourraient transporter entre 2 et 3 000 tonnes de marchandises, n'en déplacent plus que 700. "Jamais on n'a vu ça depuis au moins 30 ans", conclut Jacques Kopff qui pense que le retour à la normale risque de prendre du temps.