Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

La sécheresse gagne encore du terrain en Loire-Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan

La préfecture relève le seuil d'alerte pour la Loire-Atlantique, désormais en niveau "crise" sur les trois-quarts du territoire. Situation traduite par un niveau exceptionnellement bas de la Loire.

Le niveau de la Loire à un plus bas quasi historique
Le niveau de la Loire à un plus bas quasi historique © Maxppp - Romain Boulanger

Loire-Atlantique, France

C'est le plus haut niveau d'alerte. Plus des trois quarts de la Loire-Atlantique sont désormais placés en état de "crise", par un nouvel et troisième arrêté préfectoral depuis le début de l'année. 

"La totalité du département est désormais placé sous niveau crise, à l'exception des bassins de la Loire et de l'Erdre", souligne le sous-préfet de Loire-Atlantique qui espère une prise de conscience des habitants sur les besoins en économie d'eau. 

Légende : Rouge "niveau crise" / Jaune "niveau alerte renforcée" - Aucun(e)
Légende : Rouge "niveau crise" / Jaune "niveau alerte renforcée" - Propluvia

"Ce seuil d'alerte est à la fois un outil de prévention pour éviter d'entrer dans une phase vraiment préoccupante, et un levier d'action pour faire changer les habitudes", poursuit Baptiste Mandard avant de rappeler qu'il est formellement interdit "de laver les véhicules, remplir les piscines et arroser les potagers, sauf avec de l'eau de récupération". 

Les contrevenants s'exposent à une amende de 1 500 euros dès la première infraction, le double en cas de récidive, voire à des sanctions pénales. 

Le niveau de la Loire à un plus bas quasi historique 

C'est la troisième pire année de ce dernier siècle et demi. Le niveau de la Loire est exceptionnellement bas et son débit très préoccupant : "nous avons, en ce moment, un débit de 100 mètres cubes au lieu de 400 mètres cubes par seconde en temps normal", s'émeut Hervé de Villepin, directeur d'exploitation du syndicat d'aménagement hydraulique du Sud Loire, et redoute de ne bientôt plus pouvoir pomper les 200 000 cubes d'eau par jour dans la Loire nécessaires pour alimenter les cours d'eau du département.

Hervé de Villepin, directeur d'exploitation du syndicat d'aménagement hydraulique du Sud Loire

"Si on venait à arrêter les prélèvements, poursuit-il, et on est vraiment pas loin de ce cas là, on ne pourrait plus réalimenter le canal maritime, la rivière Acheneau, la rivière Tenu et les 10 500 hectares de marais autour du Falleron et du Don, qui seraient alors laissés à sec, avec de lourdes conséquences, à terme, tant sur la faune que sur la flore". 

Pas d'alerte sur la production d'eau potable 

Même si aucune alerte n'a encore été communiquée quant à un manque d'eau potable, les professionnels de l'Agence régionale de santé gardent un œil inquiet sur le niveau de la Loire : "il faut savoir que 80% de l'eau consommée au robinet provient de ressources superficielles en Loire-Atlantique, et les deux-tiers viennent de la Loire", indique le responsable du département santé publique. 

Régis Lecoq, rassurant, explique que l'eau est pompée soit à 1 mètre 50 du niveau de l'eau, soit à plus de 20 mètres de profondeur. Nous sommes donc "encore loin d'avoir des soucis à ce stade"

Près d'un million d'habitants boivent de l'eau traitée depuis la Loire, quand ils se servent au robinet.

Choix de la station

France Bleu