Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La sécheresse va-t-elle couler les bateaux du lac d'Annecy ?

dimanche 30 septembre 2018 à 18:24 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

PHOTOS - Victime d'un été historiquement chaud, le lac d'Annecy (Haute-Savoie) met en péril toutes les activités nautiques. La semaine sera décisive pour la "Compagnie des bateaux du lac" et ses croisières.

Image de plus en plus rare cet automne
Image de plus en plus rare cet automne © Radio France - Christophe Van Veen

Annecy, France

Si vous avez encore un peu de temps pour une ballade en bateau sur le lac d'Annecy (Haute-Savoie), c'est maintenant ou jamais.   

Le canal du Thiou  - Radio France
Le canal du Thiou © Radio France - Christophe Van Veen

On oublie les pédalos ou les petits bateaux en location. Il faut tabler sur les gros bateaux. Et même là, c'est critique car le niveau avait baissé de 50 centimètres depuis le début de l'été. Et en une semaine, il a encore chuté de quatre centimètres. Le lac est désormais en dessous de la côte de 2003 (année de canicule). 

Des pontons déserts - Radio France
Des pontons déserts © Radio France - Christophe Van Veen

On fait comme on peut dans un lac à sec

Dès ce lundi, la Compagnie des bateaux du lac d'Annecy, celle qui gère cinq des six gros bateaux de passagers, tente des aménagements pour continuer à naviguer. Notamment en utilisant son bateau restaurant "La Libellule" comme passerelle. Les navettes sont collées au bateau et trouvent ainsi un peu de profondeur. 

La Libellule sert de passerelle - Radio France
La Libellule sert de passerelle © Radio France - Christophe Van Veen
La navette est collée au restaurant pour pouvoir mouiller sans toucher les rochers - Radio France
La navette est collée au restaurant pour pouvoir mouiller sans toucher les rochers © Radio France - Christophe Van Veen

Mais Cédric Passet, leur directeur commercial, ne cache pas que "si le Lac baisse encore de cinq ou six centimètres, il faudra arrêter l'activité, la marge est très petite". Semaine décisive donc pour l'activité de la Compagnie des bateaux du lac d'Annecy. La Compagnie a déjà laissé deux bateaux à quai, seulement trois naviguent encore, et pas en père peinard, comme chantait Brassens. 

Le niveau du Lac a encore baissé de 4 centimètres en une semaine. La marge est étroite pour continuer à accoster dans le canal du Thiou, à Annecy, sans risquer de racler les coques sur les rochers..

Christophe n'a jamais vu ça

On arrive au bout du quai Bayreuth, on peut quasiment descendre à pied dans le lac, l'eau arriverait à peine au-dessus de la cheville !  

Le capitaine Christophe Onillon - Radio France
Le capitaine Christophe Onillon © Radio France - Christophe Van Veen

On monte sur "La Libellule" qui peut encore mouiller sans mettre en péril sa coque. Sur la proue, nous sommes aux premières loges d'un spectacle désolant avec le capitaine Christophe Onillon,  vieux loup de mer ou plutôt vieux loup de lac puisque ça fait presque 35 ans qu'il navigue sur son lac d'Annecy qu'il ne reconnait plus cet été. 

"Je n'ai jamais vu ça, un pareil étiage. Au loin, on voit les gens qui traversent à pied comme dans la baie du Mont-Saint-Michel ! Pour la navigation, ça ne change rien, on a toujours 60 mètres au milieu, mais pour accoster, c'est compliqué."

Sur la proue, un triste spectacle, en compagnie du capitaine

Les croisières d'une heure continuent, mais jusqu'à quand ? - Radio France
Les croisières d'une heure continuent, mais jusqu'à quand ? © Radio France - Christophe Van Veen

Certes, l'été 2018 est hors norme. Mais, il faut se préparer à de nouvelles sécheresse. Les solutions à long terme existent pour ne pas rester à quai. Désenrocher, nettoyer, enlever les sédiments, curer le Port : le Port n'a pas été nettoyé depuis 30 ans !

Ça coûte cher. Il y a  des discussions avec la marie d'Annecy. En attendant, comme le dit notre capitaine, "quand il y a dix ans, les journalistes nous demandaient si on n'avait pas peur du réchauffement climatique, on disait qu'on ne risquait rien dans nos montagnes. Là, ça devient une réalité qui nous touche."

Une barrière dans le Lac, à peine immergée - Radio France
Une barrière dans le Lac, à peine immergée © Radio France - Christophe Van Veen