Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

La Talaudière : les habitants et les industriels entendus par la justice pour l'affaire des mauvaises odeurs

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Jeudi 21 mars, les habitants de la Talaudière ont été reçus par le délégué du procureur au tribunal de Saint-Étienne. Ils ont fait le point sur l'affaire des mauvaises odeurs qui empoissonnent l'air de la commune depuis quelques années. Les industriels mis en cause ont été entendus ensuite.

L'abattoir de La Talaudière
L'abattoir de La Talaudière © Radio France - Yves Renaud

La Talaudière, France

C'est une histoire qui dure depuis maintenant cinq années : des mauvaises odeurs polluent l'air de La Talaudière. Des odeurs âcres, de charogne, et qui restent dans le nez. Cela fait donc plusieurs années que les habitants et la mairie se battent pour faire cesser ces mauvaises odeurs. 

Ils ont été entendus jeudi 21 mars par la justice. Après plus de 800 signalements déposés à la Direction départementale de la sécurité des populations (DDPP) et de nombreuses études, les habitants attendaient des explications. Mais lors de cet entretien avec le délégué du procureur de Saint-Étienne, aucune décision concrète n'a été prise. Cette réunion était surtout un point technique sur le dossier : toutes les études ont été prises en compte et certaines mesures correctives ont été détaillées. 

Les habitants du collectif "Bien vivre à La Talaudière", sont un peu restés sur leur faim après leur passage au tribunal : "On n'a pas su grand chose au final. On voulait des renseignements, ils nous ont dit qu'une action sur toute la zone avait été faite par la DDPP. On en saura jamais mieux..." regrette Freddy Dubuy, membre du collectif. 

Ces travaux arrivent tardivement, c'est dommage que ce ne soit qu'au bout de pratiquement 5 ans - Ramona Gonzalez-Grail, maire de La Talaudière

Malgré tout, cet entretien a permis de rassurer les habitants et la mairie sur un point : "La seule chose que nous avons apprise c'est que nos plaintes ont été prises en compte, que il y a un eu un travail de fait pendant de nombreuses années et que là on arrive au bout. J'espère que ce sera la fin de cette histoire d'odeurs", confie Ramona Gonzalez-Grail. Pour la maire de La Talaudière, cette affaire de mauvaises odeurs est lourde à porter, compte tenu des faibles communications avec les industriels mis en cause. "La population me posait des questions, je m'adressais à la DDPP ou aux industriels, mais il n'y a eu aucune communication, si des travaux ont été faits, je n'étais pas au courant", explique-t-elle.

Et justement, il semble des travaux aient été faits annonce Ramona Gonzalez-Grail, sans que la mairie ne soit informée de la nature des travaux, ni où ils ont été réalisés. Depuis la fin de l'année 2018, les odeurs pestilentielles ont disparues de la commune. Elles sont revenues ces derniers jours, mais rien de comparable avec la qualité de l'air d'auparavant. "On ne sait pas si ce sera dans la durée... Ces travaux arrivent tardivement, c'est dommage que ce ne soit qu'au bout de pratiquement 5 ans".

Les habitants ne demandent pas d'indemnisation ni la fermeture des entreprises mises en cause pour ces mauvaises odeurs. Ils veulent s'assurer que les odeurs ne reviendront pas. Les industriels ont eux aussi été reçus par le délégué du procureur jeudi 21 mars, mais il n'y a pas eu de confrontation entre les deux parties. 

Un rapport doit être dressé dans une quinzaine de jours par le procureur pour donner une suite ou non à ce dossier.