Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

La ville de Paris se défend d'avoir caché la pollution au plomb dans les écoles voisines de Notre-Dame

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Mediapart accuse la mairie de Paris d'avoir caché des taux de concentration au plomb parfois "dix fois supérieurs au seuil d'alerte" dans des écoles voisines de Notre-Dame après l'incendie. La mairie de Paris parle d'un risque minime mais va faire nettoyer ces écoles.

L'incendie de Notre-Dame a dégagé des poussières de plomb
L'incendie de Notre-Dame a dégagé des poussières de plomb © AFP - Stéphane de Sakutin

Paris, France

Un "nettoyage approfondi" des écoles environnant Notre-Dame de Paris sera réalisé par précaution d'ici fin juillet, pour éviter tout risque de pollution au plomb lié à l'incendie qui avait ravagé la cathédrale mi-avril, annonce jeudi la mairie de Paris. Cette mesure est prise "pour nous assurer que le risque est minime", d'après Arnaud Gauthier, sous-directeur à la santé à la mairie de Paris, selon qui les prélèvements déjà effectués ne justifient "aucune alerte" contrairement à ce qu'affirme le site Mediapart dans une enquête parue jeudi matin. 

Le site porte des accusations graves : malgré des taux de concentration en plomb qui auraient été inquiétants dans certaines écoles, "aucune intervention spécifique" de nettoyage n’est déclenchée. Pire, les résultats ont été remis aux chefs d’établissement en leur signalant qu’il n’y avait aucun problème.  Mediapart cite une spécialiste des questions de santé publique et directrice de recherche honoraire à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Annie Thébaud-Mony pour qui ce mensonge est « criminel ».

La mairie de Paris se défend

Le représentant de la ville de Paris assure que le "nettoyage de routine" (déjà fait dans ces écoles) "répond aux recommandations" des autorités sanitaires.  Arnaud Gauthier a affirmé que le niveau moyen dans chaque établissement ne dépassait pas un "seuil d'information" de 70 milligrammes de plomb par mètre carré. Ce plafond fixé par le Haut conseil de santé publique n'est pas un seuil réglementaire mais doit inciter au dépistage des populations.  M. Gauthier s'exprimait lors d'une conférence de presse commune de la mairie de Paris, l'Agence régionale de santé Île-de-France, la Préfecture de police et la Direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France.  

Selon lui, les mesures mises en oeuvre d'ici au 26 juillet comprendront un "nettoyage à haute pression des cours de récréation", alors que les vacances scolaires d'été ont débuté le 6 juillet.  Ensuite, un nettoyage de rentrée aura lieu "du 26 au 30 août", avant la rentrée prévue début septembre.

Une exposition chronique à des niveaux trop élevés de plomb, par inhalation ou par ingestion, peut entraîner des troubles digestifs, une perturbation du fonctionnement des reins, des lésions du système nerveux ou encore des anomalies au niveau de la reproduction.