Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

La voiture électrique a du succès à l'île d'Yeu

-
Par , France Bleu Loire Océan

Si les touristes et les estivants préfèrent la 4L ou la Méhari, les habitants de l'île d'Yeu plébiscitent la voiture électrique. On compte environ 200 à 250 véhicules électriques pour 5000 habitants, c'est 25 fois plus que dans le reste de la Vendée.

Pascal a choisi la voiture électrique pour ses déplacements personnels et professionnels.
Pascal a choisi la voiture électrique pour ses déplacements personnels et professionnels. © Radio France - Sixtine Lys

Île d'Yeu, France

En 2019, en Vendée, on compte environ neuf voitures électriques pour 5000 habitants. C'est déjà une proportion élevée par rapport au reste de la France. Mais à l'île d'Yeu, il y en a entre 200 et 250 pour la population islaise, 5000 habitants à l'année. C'est 25 fois plus que la moyenne du département

Entre la petite taille de l'île d'Yeu (10 kilomètres de long), et les prix d'essence et de diesel exorbitants affichés à la pompe, la voiture électrique est la solution idéale pour de nombreux islais. Pascal Surville, gérant de l'entreprise Oya Vacances Location, a un véhicule électrique, qui sert à la fois pour son usage personnel et pour sa société. Sa principale motivation pour passer à l’électrique a été économique :

Pour Pascal Surville, islais, l'argument économique a beaucoup compter dans sa décision de rouler à l'électricité.

Ça fait plus de dix ans que la municipalité essaye de promouvoir la mobilité électrique sur l'île, en installant des prises extérieures et en achetant des voitures électriques pour la mairie. Pourtant pendant l'été, c'est plutôt les vieilles 4L et les Méharis que l'on voit circuler sur les routes de l'île. Ces anciennes voitures sont très polluantes, jusqu'à trente fois plus qu'un véhicule moderne. Michel Charuau, adjoint à la transition écologique à l'île d'Yeu :

Pour Michel Charuau, les estivants veulent revivre leur passé avec des anciennes voitures

L'adjoint rappelle tout de même que les voitures thermiques sont la deuxième cause de pollution sur l'île, après les bateaux qui font la traversée tous les jours entre l'île et de le continent.

ECOUTEZ : Reportage sur la voiture électrique à l'île d'Yeu

Choix de la station

France Bleu