Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Landes : le chantier du lac d'Hossegor prolongé de 15 jours

vendredi 29 mars 2019 à 20:38 Par Paul Ferrier, France Bleu Gascogne

La préfecture des Landes a pris un arrêté pour prolonger le chantier de désensablement du lac d'Hossegor et de ré-ensablement de la plage du Santocha à Capbreton. Initialement, les travaux devaient s'arrêter ce dimanche. Ils vont se poursuivre jusqu'au 15 avril.

La plage du Santocha à Capbreton où est rejeté le sable dragué dans le lac d'Hossegor.
La plage du Santocha à Capbreton où est rejeté le sable dragué dans le lac d'Hossegor. © Radio France - Paul Ferrier

Hossegor, France

Le chantier de dragage du lac d'Hossegor et le rejet du sable sur la plage du Santocha à Capbreton devait s'arrêter, selon l'arrêté préfectoral d'autorisation, le 31 mars 2019, ce dimanche. Face au retard pris par le chantier, notamment du aux différents recours devant la justice de la SEPANSO, association de défense de l'environnement, la préfecture des Landes a rédigé un nouvel arrêté prorogeant le premier. 

Le dragage du sable du lac d'Hossegor et son rejet sur la plage du Santocha vont donc continuer 15 jours de plus. Le nouvel arrêté préfectoral autorise les machines à travailler jusqu'au 15 avril 2019. 

Les opposants à ce chantier eux sont toujours dans l'attente de deux recours devant la justice administrative. Le premier en référé auprès du conseil d'Etat, le deuxième sur le fond du dossier auprès du tribunal administratif de Pau.