Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Landes : manifestation à Capbreton contre les travaux imminents de désensablement du lac d'Hossegor et ses conséquences

samedi 29 septembre 2018 à 16:03 Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne

150 personnes ont manifesté ce samedi devant la mairie de Capbreton pour s'opposer au déversement, plage de la Savane, de 130 000 m3 de sable issus du dragage du lac voisin d'Hossegor qui doit commencer dans un mois. Ils estiment qu'il ne s'agira pas de sable mais de sédiments pollués et dangereux.

Les opposants au projet de déversement de 130 000 mètres cubes de sédiments qu'ils estiment pollués plage de la Savane à Capbreton ont brandi des tissus noirs pour exprimer leur "colère noire"
Les opposants au projet de déversement de 130 000 mètres cubes de sédiments qu'ils estiment pollués plage de la Savane à Capbreton ont brandi des tissus noirs pour exprimer leur "colère noire" © Radio France - Frédéric Denis

Capbreton, France

Environ 150 personnes sont venus exprimer leur colère en brandissant des textiles noirs ce samedi midi devant la mairie de Capbreton. Ils craignent les conséquences du dragage du lac d'Hossegor, la commune voisine, dont les travaux doivent commencer dans un mois. Les engins pour ce chantier à trois millions d'euros, financé à 80% par des subventions notamment européennes, arriveront dès lundi.

En premier lieu, ces citoyens en colère, ne veulent pas voir atterrir les 130 000 mètres cubes de sable qui doivent être retirés du lac d'Hossegor sur la plage de la Savane ou plage de Santocha à Capbreton. Ils estiment qu'il ne s'agira pas de sable comme l'assure le maire de Capbreton mais de "sédiments noirâtres, nauséabonds et pollués donc dangereux".

Le reportage France Bleu Gascogne de Frédéric Denis

Parmi les manifestants, il y avait des habitants du secteur, des surfeurs, des militants associatifs. Ils se sont réunis au fronton du pont de la  Halle en centre-ville de Capbreton. Ils ont écouté les prises de paroles des représentants de deux associations écologistes : la Sepanso et les amis de la Terre des Landes, et d'un collectif de citoyens "alternative citoyenne" landes côte sud.

Les différents intervenants ont rappelé qu'ils n'étaient pas contre le dragage du lac d'Hossegor, mais contre la méthode et le calendrier envisagés. Les opposants au projet de la MACS (Communauté de communes Maremnes Adour Côte Sud) qui pilote le chantier de désensablement propose d'autres méthodes imaginées par des bureaux d'études. Ils proposent par exemple qu'au lieu de retirer en une seule fois 130 000 mètres cube de sédiments, ce qui causera des dégâts irréversibles sur la faune et la flore du lac d'Hossegor où habitent 41 espèces (anguilles européennes, hippocampes etc.) de retirer uniquement 50 000 m3 par an en installant un piège à sable pour prévenir l'ensablement futur.

Les intervenants des Amis de la Terre et la Sepanso pointent aussi du doigt les sédiments qui seront dragués lors de l'opération de désensablement du lac d'Hossegor. Ils sont "contaminés par onze polluants" selon Christian Paillou de la Sepanso 40, comme des résidus d'hydrocarbures, des PCB ou encore du chrome, en se basant sur des rapports de l'Ifremer, organisme d'Etat.

Passage en force

La Sepanso des Landes, association écologiste, a rappelé lors de la manifestation qu'elle allait déposer un référé suspension devant le tribunal administratif de Pau pour essayer d'empêcher les travaux de dragage du lac d'Hossegor de commencer. L'association a déjà déposé un recours sur le fond devant la Justice dans ce dossier. La Sepanso 40 a déjà déposé un recours sur le fond dans ce dossier devant la Justice en attaquant l'arrêté du préfet des Landes du 14 mai 2018 qui autorise l'opération de dragage du lac d'Hossegor devant le tribunal administratif de Pau.

Le collectif alternative citoyenne landes côte sud a aussi lancé une pétition en ligne pour dire non "à une catastrophe écologique sur les plages de Capbreton". Le collectif estime que les élus de la MACS (Communauté de communes Maremnes Adour Côte Sud) passent en force en voulant lancer le chantier du dragage du lac d'Hossegor alors que le tribunal administratif de Pau ne s'est pas encore prononcé.

Les opposants au déversement des 130 000 m3 de sable extraits du lac d'Hossegor plage de Santocha à Capbreton ont diffusé une campagne contre le projet sur les réseaux sociaux - Radio France
Les opposants au déversement des 130 000 m3 de sable extraits du lac d'Hossegor plage de Santocha à Capbreton ont diffusé une campagne contre le projet sur les réseaux sociaux © Radio France - Frédéric Denis

La réponse du maire de Capbreton

Patrick Laclédère parle d'une "campagne de communication malhonnête" relayée sur les réseaux sociaux, notamment cette image où l'on voit une canalisation qui déverse une boue noirâtre sur la plage de Santocha avec ce message "bientôt à Capbreton, bain de merde gratuit". Le maire de Capbreton estime que "c'est facile de faire peur aux gens avec une image" mais que "ce n'est pas le reflet de la réalité"

Patrick Laclédère assure que ce ne sont pas des sédiments nauséabonds qui seront déversés plage de Santocha mais bien du sable respectant la réglementation sanitaire en vigueur. Le maire de Capbreton rappelle que plusieurs séries d'analyses sanitaires ont été réalisées sur la qualité des sédiments à extraire. Il rappelle que l'arrêté préfectoral d'autorisation du dragage du lac d'Hossegor comportait l'obligation de réaliser une nouvelle série d'analyses avant le début des travaux. Elle a été faite le 13 août, les résultats vont être publiés en ce début octobre et ils sont bons, confirmes les analyses précédentes. 

Les matières contenues dans ce sable sont en dessous des seuils réglementaires qui doivent être respectés pour que le sable soit considéré comme valorisable, puisse être déposé sur la plage de Santocha détaille le maire de Capbreton. "Il y a peut-être des résidus de matière confesse Patrick Laclédère qui, au vu de la réglementation très stricte en vigueur, sont très très en deçà des seuils les plus bas qu'il faut respecter".

Le sable qui sera déversé plage du Santocha n'est pas pollué assure le maire de Capbreton Patrick Laclédère

Le maire de Capbreton rappelle que le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable pour le chantier de désensablement du lac d'Hossegor. Les réserves émises ont été prises en compte, notamment dans l'arrêté préfectoral d'autorisation des travaux, explique Patrick Laclédère. Des mesures compensatoires vont être prises sur le plan écologique et environnemental : une aire de repos pour la mouette mélanocéphale, la reconstitution d'une zone d'herbier avec 20 000 mètre cube de sable dédiés et un rideaux anti-dispersion pendant la durée des travaux pour contenir les matières en émulsion près des points de dragage.

Aujourd'hui, le lac d'Hossegor menace de se boucher et toute vie à l'intérieur sera alors étouffée. Si rien n'est fait aujourd'hui, en 2028,  le lac d'Hossegor sera dans une situation critique, peut-être irréversible, son écosystème, sa flore, sa faune, peut-être condamnés selon le maire de Capbreton. La dernière fois que le lac d'Hossegor a été désensablé, c'était en 1992

Des bureaux d'études estiment que depuis 1992 entre 350 000 et 400 000 mètres cubes de sable se sont déposés dans le lac d'Hossegor.  Il rentre entre 15 000 et 20 000 mètre cube par an de sable dans le lac. Le premier projet d'enlever 200 000 mètres cubes de sable du lac d'Hossegor avait été revu à la baisse suite à la pression des associations écologistes