Climat – Environnement

Le bal des étourneaux a envahi le centre-ville de Bordeaux

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Gironde lundi 7 novembre 2016 à 4:00

Des nuées d'étourneaux visibles dans le ciel bordelais
Des nuées d'étourneaux visibles dans le ciel bordelais © Maxppp -

Des étourneaux par centaines de milliers s’abattent chaque soir sur les platanes du centre-ville à Bordeaux. Des nuées de volatiles, avec leurs piaillements et les fientes qui vont avec. Un véritable enfer pour les riverains.

Les étourneaux sont de retour depuis quelques semaines dans le centre-ville de Bordeaux. Ils s'installent à la nuit tombée pendant l'hiver, dans les arbres... Pour dormir ! Sauf que ça n'est pas sans dommages... Piaillements et fientes sont devenus le quotidien de certains endroits prisés par ces petits oiseaux.

Le bal des étourneaux à Bordeaux - Reportage

"On se retrouve souvent avec des petits cadeaux dans les cheveux !"

La place de la République est entièrement maculée de fientes depuis leur arrivée, et passé 18 heures, on n'entend qu'eux ! Des centaines d'étourneaux dans les arbres. On se croirait dans un remake d'Hitchcock ! Les joueurs de pétanque se font forcément arroser : "Déjà on ne s'entend pas... Et puis on se retrouve souvent avec des petits cadeaux dans les cheveux, les épaules, les capuches des manteaux..." raconte Théo. Myriam habite à côté de la place : "Le soir ça fait énormément de bruit, et ça fait vraiment des dégâts, ça n'est même pas nettoyé" raconte-t-elle.

Le mobilier urbain a été entièrement redécoré par les étourneaux ! - Radio France
Le mobilier urbain a été entièrement redécoré par les étourneaux ! © Radio France - Pauline Pennanec'h
Gare à celui qui laisse sa voiture sous les arbres ! - Radio France
Gare à celui qui laisse sa voiture sous les arbres ! © Radio France - Pauline Pennanec'h

Des campagnes d'effarouchements pour chasser les étourneaux

La municipalité a mis en place depuis quelques semaines des campagnes d'effarouchements pour faire fuir ces oiseaux. Jean-Louis David, adjoint chargé de la vie urbaine à la mairie de Bordeaux, assure qu'il prend le problème très au sérieux : "On procède à une sonorisation du cri du geai qui est perçu par ces animaux comme étant un signe d'alerte et de danger. Ensuite, on procède à des tirs au pistolet de cartouches crépitantes et détonantes, qui explosent dans les arbres le matin et le soir". Des campagnes qui ont lieu trois jours de suite, ciblées sur certains quartiers, comme le Cours du Médoc ou le Square Vinet.

Mais ces opérations ne semblent pas très efficaces dans certains secteurs. D'autres villes font aujourd'hui appel à des rapaces pour chasser ces nuisibles.