Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le centre de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux va rouvrir

-
Par , , France Bleu Vaucluse

Après quatre mois de fermeture, le centre de Buoux, pour la sauvegarde de la faune sauvage, va pouvoir rouvrir ses portes ce lundi. L'Etat confirme sa subvention de 30.000 euros. Le centre cherche désormais à recruter.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Pierre HECKLER

Buoux, France

Un nouveau départ pour le centre régional de sauvegarde de la faune sauvage à Buoux, qui accueille et soigne des animaux. Il rouvre ses portes ce lundi. Les problèmes d'argent sont désormais réglés. Début février, le centre créé depuis 23 ans à l’initiative du Parc naturel régional du Luberon et géré par la Ligue de Protection des Oiseaux Provence Alpes Côte d'Azur a dû fermer son accueil, faute de financements. La participation financière de l'Etat pour le budget annuel manquait à l'appel. Un élan de solidarité est alors né sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, la pétition rassemble près de 98.000 signatures. 

Le budget est désormais bouclé 

Après des négociations avec la sous-préfecture d'Apt, tout vient de rentrer dans l'ordre. L'Etat, via le ministère de la Transition écologique et solidaire confirme son aide annuelle de 30.000 euros. En tout, le centre peut compter sur un budget moyen de 120.000 euros, grâce au Conseil régional, au département, aux donateurs et donc à l'Etat. Cela va permettre de "travailler sur le long terme, de manière professionnelle, pour mettre en place une stratégie efficace", analyse François Grimal, le président de la Ligue de Protection des Oiseaux de PACA. 

Cette réouverture nécessite maintenant de recomposer une équipe de soignants. Une soigneuse est restée sur place pendant la fermeture. Un deuxième soigneur est nécessaire, pour relancer l'accueil. 

Chaque année, 1500 oiseaux et petits mammifères sont soignés, avant d'être remis en liberté.  Ils sont apportés de toute la région et c'est l'adresse conseillée en Vaucluse quand on trouve un animal blessé.