Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le Centre régional de Sauvegarde de la faune sauvage de Buoux menacé de fermeture

dimanche 10 février 2019 à 10:37 Par Marion Bargiacchi et Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse

Le Centre régional de Sauvegarde de la faune sauvage de Buoux (Vaucluse) se voit amputé d'un tiers de son budget : la partie financée par l'État. Son accueil est fermé depuis le début du mois de février et c'est une structure vieille de 23 ans qui risque de disparaître.

Un jeune hibou petit-duc.
Un jeune hibou petit-duc. - H. Goliard

Buoux, France

Le Centre régional de Sauvegarde de la faune sauvage de Buoux a fermé son accueil depuis le début du mois. Créé depuis 23 ans à l’initiative du Parc naturel régional du Luberon et géré par la Ligue de Protection des Oiseaux Provence-Alpes-Côte d'Azur, ce centre soigne les animaux sauvages blessés  pour les remettre en liberté dans leur milieu naturel : en moyenne, 1.500 oiseaux et petits mammifères y sont soignés chaque année. Ils sont apportés de toute la région et c'est l'adresse conseillée quand on trouve un animal blessé.  Seulement voilà : la participation financière de l'État à ce centre régional n'est plus garantie cette année et le centre pourrait disparaître.

Amputé d'un tiers du budget

Le budget du centre situé au château l'environnement de Buoux est de 120.000 euros par an. Le premier tiers vient du conseil régional, le second des donateurs et le tiers restant qui fait défaut cette année de l'État.

"Il faut avant tout, pour les permanents du centre (les deux soigneuses) de la pérennité", explique François Grimal, le président de la ligue de protection des oiseaux de la région Provence-Alpes-Cote-d'Azur, "Ici les gens qui sont amenés à faire des tâches très difficiles avec des animaux qui meurent. Ils ont besoin de savoir si le centre sera ouvert à plus de six mois. La région et les donateurs font leur part mais la base ça ne peut être que l'État et ce qui associé à l'État qui garantisse cette pérennité."

"On veut un financement pérenne de l'État !" - François Grimal, le président de la ligue de protection des oiseaux de la région Provence-Alpes-Cote-d'Azur.

Le reportage au Centre régional de Sauvegarde de la faune sauvage de Buoux de Jean-Michel Le Ray.

Une pétition pour sauver le centre est en ligne sur le site MesOpinions.com