Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le chant du coq, la cloche du village : les bruits des campagnes mayennaises bientôt protégés ?

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Un député de la Lozère a déposé une proposition de loi la semaine dernière afin de protéger les bruits de la campagne de plus en plus contestés devant les tribunaux, y compris en Mayenne.

Un député veut protéger les bruits de la campagne.
Un député veut protéger les bruits de la campagne. © Radio France - Catherine Grain

Villiers-Charlemagne, France

Faut-il faire taire définitivement un coq trop matinal ? Les moissonneuses ont-elles le droit de rouler le week-end ? Les cloches du village peuvent-elles sonner tous les quart d'heures ? Depuis quelques temps maintenant, les procès contre des bruits assez courants en campagne se multiplient

C'est pour empêcher d'en arriver devant les tribunaux qu'un député Les Républicains de la Lozère, Pierre Morel-A-L'Huissier a déposé une proposition de loi la semaine dernière. Il veut mettre en place un inventaire des bruits et des odeurs de la campagne, "le patrimoine sensoriel", qui permettrait aux juges de ne pas donner raison aux plaignants.

À Villiers-Charlemagne, en Mayenne, les habitants ne comprennent pas la polémique sur les bruits de la campagne.

Des cas en Mayenne

À Villiers-Charlemagne, au Sud de Laval, les oiseaux piaillent, les tracteurs roulent et les coqs chantent même le matin. Au bar du village, les habitants ne comprennent pas cette polémique : "Ils n'ont qu'à aller vivre en ville et pas nous faire ch****", "À la campagne, il y a les odeurs et les bruits, faut savoir ce qu'on veut", "C'est normal un coq qui chante le matin"

"Si t'entends le coq chanter le matin, c'est que tu n'es pas mort", Patrick, un habitant de Villiers-Charlemagne

Il y a une quinzaine d'années dans le village, la gérante d'un hôtel-restaurant avait demandé à la mairie de faire taire les cloches de l'église la nuit car des clients se plaignaient du bruit : "Nous l'avions accepté pour sauver le commerce, explique résigné Norbert Bouvet, l'ancien maire du village. Mais déjà à l'époque nous avions trouvé que c'était dur car ça fait partie de la vie du village".   

L'ancien élu regrette ces affaires qui se répètent de plus en plus selon lui : "J'ai été président de l'association des maires pendant 15 ans et de plus en plus de maires m'appelaient pour me dire qu'ils étaient en prise avec des gens de l'extérieur et qui ne toléraient pas le bruit d'un tracteur"

Les cas de plaintes contre les bruits de la campagne se multiplient pour Norbert Bouvet.

"On n'est pas dans un désert non plus !", Norbert Bouvet, ancien maire de Villiers-Charlemagne

Norbert Bouvet, cependant, ne voit pas l'utilité d'un texte de loi, explique-t-il : "Je pense qu'on ferait mieux de faire un peu de pédagogie. C'est ce que font beaucoup de maires. Ils expliquent pourquoi on a tel bruit et telle odeur. Faire un catalogue des bruits je trouve ça d'un ridicule sans nom !"

Un texte de loi sera inutile et "ridicule" pour Norbert Bouvet

Les habitants rencontrés ainsi que Norbert Bouvet regrettent tous qu'il faille rédiger une loi pour protéger des bruits auxquels ils tiennent tous beaucoup. 

Choix de la station

France Bleu