Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le château d'Azay-le-Ferron en guerre contre la pyrale du buis

mardi 15 mai 2018 à 19:15 Par Gaëlle Fontenit, France Bleu Berry

Le parasite venu d'Asie a commencé à s'en prendre au buis de la région Centre-Val de Loire en 2013. Calamité pour les particuliers, il a des effets encore plus dramatiques pour les responsables de parcs de châteaux dont une grande partie de l'ornement est organisé autours de cet arbuste.

Sébastien Leborgne voit disparaître petit à petit tous les buis du parc d'Azay-le-Ferron, grignotés par la pyrale du buis.
Sébastien Leborgne voit disparaître petit à petit tous les buis du parc d'Azay-le-Ferron, grignotés par la pyrale du buis. © Radio France - Gaëlle Fontenit

Azay-le-Ferron, France

A première vue, il parait bien inoffensif ce papillon de quelques centimètres de long, au reflet blanc et marron. Ne vous y fiez pas ! S'il ne vit que 15 jours, il réussit à trouver le temps de pondre environ 1.500 oeufs qui donneront autant de petites chenilles voraces. Leur met favori (et quasi exclusif) : le buis

Les chenilles de la pyrale dévorent les feuilles du buis  - Radio France
Les chenilles de la pyrale dévorent les feuilles du buis © Radio France - Christophe Watier

Les chenilles dévorent les feuilles de l'arbuste jusqu'à n'en laisser que le squelette. En une saison, l'arbre peut être complètement ravagé, grillé sur pied. 

"Voyez celui-ci, il ne s'en remettra pas, montre, fataliste, Sébastien Leborgne, responsable du parc d'Azay-le-Ferron, dans l'Indre. On a énormément de buis ici. Que cela soit en haie, en bordure, en dentelle, comme cela se fait dans les châteaux. On a aussi des buis sauvages...

On est en zéro phyto, on ne peut donc pas traiter" - Sébastien Leborgne, responsable du parc d'Azay-le-Ferron

Face à l'attaque, Sébastien est un peu démuni. "Ici, on est en zéro phyto. On ne peut donc pas traiter. Alors j'utilise une bactérie que je pulvérise quatre fois par an sur les arbustes. On ne peut pas faire plus, sinon, cela risque de rendre les chenilles résistantes. On piège aussi les papillons avec un piège à phéromone. L'an passé, on en a eu 40 !"

La pyrale du buis  - Radio France
La pyrale du buis © Radio France - Joel Avril

Mais cela n'est pas suffisant : les massifs grillent sur pied. Face à l'ampleur des dégâts, Sébastien réfléchit à une solution plus radicale : " On en est à se poser la question du remplacement du buis par une autre essence. Par exemple, Chambord a remplacé le buis par du fusain en partie à cause de cela..."

Les buis, cibles de ce parasite, en plus d'un champignon contre lesquels il n'y a, pour l'heure, pas de remède. En attendant de prendre une décision Sébastien a décidé de ne pas tailler les buis avant l'automne, pour éviter de les affaiblir.