Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le collectif Terra pas convaincu par la visite d'Edouard Philippe

-
Par , , France Bleu RCFM

Le collectif "Terra" a rencontré la semaine dernière François De Rugy le ministre de la transition écologique à l'occasion de la venue du premier ministre en Corse, et ne s'avoue pas rassuré par les annonces du gouvernement en matière d'écologie. Selon ses membres, le discours manque de clarté.

Centrale électrique du Vazzio à Ajaccio
Centrale électrique du Vazzio à Ajaccio © Maxppp - Maxppp

Ajaccio, France

Les huit associations écologistes qui composent le collectif "Terra" sont plutôt sceptiques suite aux échanges avec le gouvernement. Même si ce dernier a par exemple voulu réaffirmer son engagement afin de remplacer la centrale électrique du Vazzio en 2023, les militants ne sont pas convaincus. Selon eux, rien n'assure que les délais de construction seront tenus et que la centrale fonctionnera au gaz et non plus au fioul lourd, comme c'est le cas actuellement. Dominique Lanfranchi est membre de l'association A sintinella "On nous explique aujourd'hui que le gazoduc est remis en cause pour un terminal gravitaire qu'une entreprise est capable de réaliser pour 200 millions d'euros. Qu'avons nous fait avant ? Je pense qu'il y a une absence de clarté qui fait que nous n'avons pas confiance."

Autre sujet, les émissions de souffre des navires commerciaux. L'association Le GARDE réclame de lire les résultats des études menées par la Collectivité de Corse sur les émissions à quai. Autre demande, cette fois adressée à la France et à l'Europe, appliquer d'avantage de sanctions financières et abaisser le taux maximum de souffre autorisé "Les normes envisagées sont fixées à 0,5 dès 2020. Dans la Manche, ou en mer du Nord, la norme est à 0,1% de souffre pour le fioul léger. Nous aimerions passer au même niveau." précise Muriel Segondy, une représentante de l'association.

Les associations attendent aussi plus de la Collectivité de Corse

Si les annonces faites par le gouvernement ont largement été analysées et commentées par les membres du collecttif Terra, certains d'entre eux restent aussi sur leur faim en ce qui concerne l'action menée par la Collectivité de Corse, notamment sur la question des déchets.  L'association Zeru Frazu juge trop lente la mise en place du traitement des bio-déchets et de la collecte au porte à porte "Est-ce qu'il s'agit d'un problème de financement ? D'un problème d'étude ? Depuis qu'on nous parle d'étude, on voudrait justement passer à la vitesse supérieure. On ne peut pas passer son temps à dépenser de l'argent pour faire des études !"

Colette Castagnoli, porte-parole de Zeru Frazu