Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le collectif "Zéro Déchet Strasbourg" dit stop à la pub

samedi 13 janvier 2018 à 18:29 Par Soizic Bour, France Bleu Alsace

Stop à la pub ! Chaque année, plus de 30 kilos de publicités par ménage - soit l'équivalent de 2 arbres - finissent dans nos boîtes aux lettres. Ce samedi, dans les rues de Strasbourg, le collectif Zéro Déchet interpellait les Alsaciens sur ce gaspillage écologique.

Chaque année, nous recevons plus de 30 kilos de publicités par ménage.
Chaque année, nous recevons plus de 30 kilos de publicités par ménage. © Radio France - Soizic Bour

Strasbourg, France

De la publicité partout, sur nos écrans, dans la rue mais aussi et surtout dans...nos boîtes aux lettres ! Ce samedi, dans les rues de Strasbourg, le collectif Zéro Déchet interpellait les Alsaciens sur les publicités de masse et l'immense gaspillage que ça engendre.

800 000 tonnes de publicités distribuées par an

Chaque année, plus de 30 kilos de publicités par ménage - soit l'équivalent de 2 arbres - finissent dans nos boîtes aux lettres avant d'aller le plus souvent directement à la poubelle.  En tout, ça fait 800 000 tonnes de publicités distribuées par an en France.

Un coût écologique très lourd

Un gros gaspillage de papier, surtout que produire une publicité, ça a un coût écologique très lourd comme l'explique Simon Baumert, co-fondateur de l'association Zéro Déchets Strasbourg : "Déjà il faut la fabriquer, la transporter, ensuite on l'imprime puis on la met à la poubelle, qu'elle soit lue ou pas, et même si elle est triée elle va être re-transportée à un autre endroit avec un processus de recyclage par derrière, ce qui a un énorme coût écologique". 

"Les sociétés ne respectent pas l'étiquette Stop Pub"

Des étiquettes "Stop Pub" existent mais problème, le plus souvent, même avec cet autocollant, les sociétés continuent de déposer de la publicité : "Tant qu'il n'y a pas d'action et qu'on ne vient pas titiller ces sociétés, rien ne change", souligne Florie, bénévole à l'association. "Du coup, on se retrouve avec des gens qui reçoivent encore de la pub malgré l'étiquette, puisque les sociétés ne la respectent pas". 

Ouverture d'une page Facebook "Balance ta pub"

Face à ce non-respect des sociétés et des distributeurs, l'association a crée un groupe Facebook : "Balance ta pub", où chaque citoyen peut indiquer le nom de la rue où le "stop pub" n'a pas été respecté, ainsi que le nom de l'enseigne en question qui fait de la pub.  Et ça marche plutôt très bien : "On a déjà eu des retours d'enseignes", explique Simon Baumert. "Soit pour s'excuser, soit pour remonter les bretelles à leur distributeur pour qu'il respecte les choses".