Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Le collège de Seilhac devient un refuge pour les oiseaux

mercredi 13 mars 2019 à 9:02 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Le collège de Seilhac en Corrèze est depuis cette année un refuge officiel de la Ligue de Protection des Oiseaux. Une groupe d'élèves s'est investi dans cette action. Pour la LPO il s'agit surtout de sensibiliser les plus jeunes à la baisse du nombre de mésanges, pinsons, roitelets et autres.

Un tiers des oiseaux sauvages de nos campagnes et forêts ont disparu ces 20 dernières années
Un tiers des oiseaux sauvages de nos campagnes et forêts ont disparu ces 20 dernières années © Maxppp - Pascal Bonnière

Seilhac, France

La Ligue de Protection des Oiseaux a publié l'an dernier un rapport alarmant. Près d'un tiers de nos oiseaux sauvages ont disparu en vingt ans. C'est dans ce contexte qu'elle multiplie le nombre de ses refuges. Il s'agit de lieux où les oiseaux sont protégés, accueillis et nourris durant l'hiver. "Le premier refuge LPO a été créé en 1929" précise Gérard Nonique-Desvergnes, représentant de l'association en Corrèze. Cela peut être chez de simples particuliers, même avec seulement un balcon, dans des entreprises ou dans des établissements scolaires. "On doit en être environ à 400 hectares". Le collège de Seilhac est le second du genre en Corrèze, après celui du collège Victor-Hugo à Tulle

Des mangeoires et des nichoirs

A Seilhac le refuge est animé par deux enseignants de SVT et une quinzaine d'élèves de tous les niveaux. Deux mangeoires et des nichoirs ont été installés dans le collège. Une fois par semaine les enfants se retrouvent pour des ateliers pratiques avec régulièrement le concours de membres de la LPO. Ils participent également à certaines animations comme au comptage des oiseaux de la LPO ou à la dernière Nuit de la chauve-souris le vendredi 8 mars. 

Il faut tout faire pour essayer de les préserver" Joseph, élève de 4ème

Ce sont les enfants eux-mêmes qui ont souhaité se lancer dans cette aventure. "Nous avons des éco-délégués qui travaillent sur la protection de l'environnement. Ils ont décidé cette année de travailler sur la bio-diversité" indique Myriam Maligne, professeure de SVT. Joseph, élève de 4ème, est très motivé par cette action. "Les oiseaux sont de moins en moins nombreux. Alors il faut tout faire pour essayer de les préserver". Et cette implication des plus jeunes est le but de la LPO. "Les collèges ne sont pas forcément des endroits accueillant la biodiversité, explique Gérard Nonique-Desvergnes. Mais il y a des élèves. Et je pense que ce sont eux qui ont l'avenir de la planète entre les mains".