Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Sécheresse : le débit du Rhône historiquement bas pour un automne

vendredi 17 novembre 2017 à 6:09 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

C'est la conséquence de l'automne particulièrement sec que l'on est en train de vivre dans le Sud : le débit du Rhône est historiquement bas.

Beaucoup moins d'eau dans le Rhône à cause de la sécheresse
Beaucoup moins d'eau dans le Rhône à cause de la sécheresse © Maxppp -

Vallabrègues, France

360 mètres cubes par seconde à Valence (Drôme) contre 850 en temps normal, selon la compagnie nationale du Rhône. 400 m3/s à Avignon (Vaucluse). La Compagnie Nationale du Rhône (CNR) n'avait pas connu de tels débits depuis 2011, mais cette année là, c'était au printemps.

Cette année, c'est l'absence de pluies depuis la fin de l'été qui n'a pas permis de réalimenter le fleuve. Les quelques gouttes de début novembre n'ont rien changé à la situation. Le Rhône enregistre même un déficit chronique d'environ 50% par rapport aux moyennes établies depuis 1920.

C'est surtout dans la partie terminale du fleuve, à l'aval de Vallabrègues (Gard) que cette situation est presque visible à l’œil nu.

"C'est visible dans le tronçon à l'aval de Vallabrègues-Beaucaire jusqu'à Arles et la Méditerranée, à la fois sur le Grand Rhône et le Petit Rhône. Dans certains secteurs, la navigation a pu être un peu plus compliquée."

Martin Pochat, responsable du centre de gestion de la production du Rhône à la CNR

Cette baisse du débit entraîne une baisse de la production d'hydroélectricité : -30% en 2017. Elle ne pourra pas être rattrapée à moins qu'il ne pleuve beaucoup d'ici la fin de l'année. Ce n'est pas ce qui est prévu par la météo. Pas de crainte pourtant à avoir en ce qui concerne les autres usages du fleuve que ce soit l'irrigation ou l'alimentation en eau potable.

"Le Rhône laisse transiter des quantités d'eau importantes. Malgré les très faibles débits actuels, on n'est pas sur des débits équivalents à ceux de la Seine ou de la Loire."

Les quantités prélevées pour l'irrigation ou l'eau potable sont moins importantes que dans la Seine ou la Loire

En 2011, une hausse de la salinité du Rhône avait entrainé des problèmes d'irrigation des rizicultures en basse vallée du Rhône .