Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le débit du Rhône pâtit de la sécheresse

lundi 6 novembre 2017 à 17:11 Par Kevin Dufreche, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Provence et France Bleu Vaucluse

Selon les mesures réalisées régulièrement à Beaucaire (Gard), le débit du Rhône équivalait au mois d'octobre à seulement un tiers de son débit habituel à cette période de l'année.

La sécheresse a un impact direct sur le débit du Rhône, qui équivaut en ce moment seulement à un tiers du débit habituel pour un mois d'octobre
La sécheresse a un impact direct sur le débit du Rhône, qui équivaut en ce moment seulement à un tiers du débit habituel pour un mois d'octobre © Radio France -

Vaucluse, France

Le Rhône n'est pas épargné par la sécheresse. En octobre, le débit moyen, relevé régulièrement à Beaucaire, était de 460 mètres cube par seconde. "C'est à peine un tiers du débit habituel pour un mois d'octobre", explique Emmanuelle Fourey, adjointe au directeur Rhône Méditerranée de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR).

Une situation rare

Il existe des relevés depuis 1920 du débit du Rhône. Et si la situation n'est pas qualifiée d'exceptionnelle, à la CNR on explique qu'un débit si faible, c'est du quasiment du jamais vu pour un mois d'octobre.

Et la situation n'est pas partie pour revenir à la normale, puisque la pluie n'est toujours pas annoncée. C'est bien la seule à pouvoir abreuver à nouveau le Rhône. "On est tributaire du Lac Léman, et des apports de l'Ain et de l'Isère, directement impactés par la sécheresse", précise Emmanuelle Fourey.

Une production d'électricité en baisse

Si pour la navigation et l'irrigation, le Rhône ne connaît pas encore de problème, c'est pour la production d’électricité, grâce aux barrages, que la situation est inquiétante. "En octobre, on a produit 40% de l'électricité que nous produisons d'habitude à cette période de l'année", explique Emmanuelle Fourey.

Emmanuelle Fourey, adjointe au directeur Rhône-Méditerranée de la CNR