Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le dépôt d'hydrocarbures de l'Espiguette devant le tribunal administratif de Nîmes

mercredi 26 septembre 2018 à 6:05 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

Le tribunal administratif de Nîmes devait se prononcer ce mardi sur les deux recours déposés par l'association CAPE (Comité d'alerte pour l'Espiguette). Ils visaient le dépôt d'hydrocarbures installé depuis les années 60 au bout de la plage de l'Espiguette au Grau-du-Roi (Gard).

Capture d'écran Google Maps
Capture d'écran Google Maps -

Le Grau-du-Roi, France

L'association CAPE souhaitait que les dangers que représente ce dépôt d'hydrocarbures soient mieux pris en compte. Construits dans les années 60 pour les besoins de l'OTAN, le dépôt accueille six cuves semi enterrées contenant 66.000 mètres cubes d'hydrocarbures.  Il est situé à 500 mètres seulement de la plage nudiste de l'Espiguette, très fréquentée en été.

Un dépôt d'hydrocarbures construit au moment de la Guerre froide

"Ce qu'on demande, c'est que l'État nous dise quel est l'avenir de ce site, voilà quelles sont les mesures que nous allons prendre. Les cuves datent des années 60, elles sont attaquées par le sel. Quelles sont les mesures de protection pour garantir la sécurité des biens et des personnes." 

Didier Caire de l'association CAPE

Le premier recours de l'association CAPE visait l'arrêté préfectoral de dispense de PPI (plan particulier d'intervention), le second demandait l'annulation de l'arrêté ministériel autorisant l'exploitation du site.

Ce mardi, le rapporteur public a donné un avis favorable au premier recours. Il a en partie donné raison à l'association en estimant qu'en dispensant le site d'un plan particulier d'intervention, le préfet avait commis une erreur d'appréciation sur sa dangerosité. Il a en revanche émis un avis défavorable pour le second recours. La décision a été mise en délibéré.