Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le dragage de la Seine se termine près de Rouen

mercredi 20 juin 2018 à 14:35 Par Claire Briguet-Lamarre, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Immense chantier commencé en 2012 : le dragage de la Seine sur 120 kilomètres. Les travaux se terminent et le fleuve a gagné 1 mètre de profondeur pour augmenter la compétitivité du port de Rouen. Un travail titanesque accompli notamment par la drague néerlandaise Volvox Olympia et son équipage.

La drague Volvox Olympia transporte un chargement équivalent à celui de 300 camions
La drague Volvox Olympia transporte un chargement équivalent à celui de 300 camions - Haropa

Seine-Maritime, France

La drague néerlandaise, coque bleue et quille orange, Volvox Olympia, aspire les boues, saletés et sédiments au fond de la Seine. Les travaux de dragage sur 120 kilomètres du fleuve ont commencé il y a six ans déjà. Ils se terminent dans quelques semaines sur le dernier tronçon. Objectif : approfondir la Seine pour y faire passer des navires plus chargés et donc améliorer la compétitivité du port de Rouen.

60 000 euros de l'heure 

Le Volvox Olympia, une drague néerlandaise à coque bleue et quille orange, fait des aller-retours depuis des mois sur la Seine pour draguer le fleuve grâce à un aspirateur géant: "Un mélange d'eau et de matériel (sédiments, saletés, roche) est aspiré dans les conduites puis déposé dans le puits. Au bout d'un moment le matériel qui est plus lourd que l'eau se dépose au fond. L'eau elle s'écoule. C'est de cette façon qu'on drague la seine", explique Clémence Ringlet, responsable chantier du projet. Les sédiments ramassés sont alors déposés dans des carrières à Yville-sur-Seine pour remblayer les sites. 

La drague peut absorber l'équivalent du chargement de 300 camions alors forcement, cela a un coût : 60 000 euros par jour pour financer le matériel et le travail de toute l'équipe.

Cette drague envoie les boues, sédiments et déchets vers une ancienne carrière  - Aucun(e)
Cette drague envoie les boues, sédiments et déchets vers une ancienne carrière - Haropa

Des trouvailles exotiques

En plus des sédiments, roches et saletés retrouvées au fond du fleuve, la drague met parfois au jour des trouvailles moins ordinaires. Il y a quelques jours, une tête de cheval très bien conservée a été remontée du fleuve. Avant cela, un glaive en métal datant de plusieurs siècles a été retrouvé. Depuis il a pris place dans la cabine du bateau en guise de déco.

Vie à bord

A bord de cette drague "Volvox Olympia" vivent 18 personnes. Toutes des hommes qui passent plusieurs semaines à bord sans rentrer chez eux. L'équipage, d'origine belge et néerlandaise, est organisé par système de quarts de 12 heures  comme les marins. Victor Knokerman est l'un d'entre eux : "la vie est très calme à bord, très rythmée, on se relaie toutes les 12 heures, le navire ne s'arrête jamais. Chacun a un rôle bien défini. Après le quart, c'est dodo parce-que généralement à la fin de la journée on est tous bien amortis ...".

Les marins ont déjà parcouru presque toutes les mers du monde mais leur voyage n'est pas terminé. D'ici quelques semaines, ils partiront vers une nouvelle destination.