Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pénaliser les gros consommateurs, améliorer la qualité : le gouvernement dévoile son plan pour l'eau

-
Par , France Bleu

Le ministre de la Transition écologique a dévoilé ce lundi 23 mesures visant à préserver et économiser l'eau. Les gros consommateurs pourraient ainsi être davantage mis à contribution, et un tarif plus avantageux serait mis en place pour les foyers les plus modestes.

Le gouvernement présente ce lundi 23 mesures pour éviter le gaspillage de l'eau.
Le gouvernement présente ce lundi 23 mesures pour éviter le gaspillage de l'eau. © Maxppp - SALESSE Florian

"Il faut arrêter de considérer l'eau comme une ressource inépuisable" : ce sont les mots de François de Rugy ce lundi, en clôture des assises de l'eau. Après sept mois de concertation, le ministre de la Transition écologique a présenté une série de mesures pour préserver cette ressource ô combien importante et menacée par le réchauffement climatique.

Les gros consommateurs d'eau en ligne de mire

Selon le ministère, "les débits moyens des cours d’eau pourraient être réduits de 10 à 40% d’ici un demi-siècle". Il propose donc aux collectivités de faire davantage payer les plus gourmands en eau, des particuliers aux agriculteurs en passant par les industriels. Les propriétaires de piscines par exemple ou de résidences secondaires seraient donc mis à contribution. Le tarif de l'eau pourrait également évoluer en fonction de la saison. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En contrepartie, les ménages les plus modestes seraient eux épaulés grâce à une "tarification sociale de l'eau". Depuis 2013, 50 collectivités l'expérimentent, notamment Lille, Nantes, Nancy, Evry ou encore Chambéry. L'objectif du gouvernement est de réduire les prélèvements de 10% en cinq ans et de 25% en 15 ans.

"Quand une chasse d’eau fuit, on estime à 150 litres par jour le volume d’eau gaspillé soit l’équivalent de la consommation moyenne d’eau pour une personne." - communiqué du ministère de la Transition écologique

Préserver les rivières et améliorer la qualité de l'eau

Pour garantir une eau de qualité, le gouvernement veut protéger chaque zone de captage contre les pollutions. Selon les chiffres du Commissariat général au développement durable, "on estime entre 500 millions et un milliard d’euros le coût du traitement d’eau potable dû aux pollutions par les nitrates et les pesticides par an". Parmi les mesures, il y a donc l'instauration d'un droit de préemption ouvert à la collectivité territoriale sur les terres agricoles situées sur ses zones de captages d’eau potable. En clair, le propriétaire d’un terrain concerné devra le proposer en priorité à la vente à la collectivité. 

Le gouvernement souhaite également, d'ici six ans, tripler les volumes d'eau dite non conventionnelle, comme les eaux de pluie ou les eaux usées traitées, pour, par exemple, le nettoiement ou l'arrosage des espaces verts. 

Des mesures "cosmétiques" selon des associations

UFC-Que Choisir et France Nature Environnement se disent déçues par ces annonces. Pour l'association de consommateurs, "ce pacte est avant tout un catalogue de bonnes intentions, sans ambition". Elle pointe notamment du doigt "l’absence des mesures concrètes et structurantes proposées par les groupes de travail pour modifier les pratiques agricoles afin de préserver la ressource aquatique".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess