Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Trois idées reçues sur les pics de chaleur dans les villes

-
Par , France Bleu Bourgogne
Côte-d'Or, France

Il a fait très chaud ces derniers jours en Côte-d'Or. La vigilance canicule de niveau 3 a été activée. Et quand il fait chaud, ce sont les villes qui souffrent le plus, il y a souvent quelques degrés de plus qu'à la campagne. Est-ce qu'on peut lutter contre ces îlots de chaleur urbains ?

Yves Richard, professeur au Centre de recherche de climatologie de l'université de Bourgogne
Yves Richard, professeur au Centre de recherche de climatologie de l'université de Bourgogne © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Mercredi a été la journée la plus chaude pour un mois de juin depuis 1945. Le mercure grimpe aussi en Côte-d'Or, si bien que la vigilance canicule de niveau 3 a été activée dans le département. Dans les villes, à cause du béton, du bitume, et du manque de végétaux, se créent des îlots de chaleur urbains. La température est donc plus élevée de quelques degrés par rapport à la campagne. Yves Richard est professeur au Centre de recherches de climatologie de l'université de Bourgogne. Il déconstruit quelques idées reçues.

En ville, on souffre moins de la chaleur

FAUX- En ville, les températures sont plus élevées, surtout la nuit. Parce que le béton et le bitumes stockent la chaleur, et continuent de la diffuser même quand le soleil s'est couché. " La canicule de 2003 a montré que la surmortalité était surtout urbaine " précise Yves Richard. Il y a la climatisation un peu partout dans les villes, mais pour Yves Richard ' c'est une maladaptation. Il faut s'adapter aux changements climatiques, alors on met la clim". Oui ça peut rendre des services dans l'immédiat, dans l'urgence, surtout pour les personnes les plus vulnérables mais c'est une solution qui génère de la chaleur à l'extérieur, il ne faut surtout pas la généraliser. "

S'il fait plus chaud en ville, c'est à cause de la pollution

FAUX - Ce sont deux problèmes souvent combinés, mais ce n'est pas tellement l'un qui génère l'autre. En fait l'ensoleillement et les fortes températures favorisent la production d'ozone. C'est donc plutôt le mécanisme inverse

On ne peut rien faire contre la chaleur en ville

FAUX - " En aménageant nos villes autrement, on peut faire baisser la température de quelques degrés. La différence entre la température à Dijon et la campagne peut aller jusqu'à 6 degrés. C'est énorme, surtout la nuit." explique Yves Richard. Les végétaux en ville sont importants pour faire baisser la température. Ils ont un double intérêt, d'abord les arbres font de l'ombre, mais en plus, ils captent l'énergie solaire pour aller chercher de l'eau sous terre, et ensuite ils "évapotranspirent", ce qui rafraîchit l'air ambiant.

© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess