Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le loup est de plus en plus présent en Isère

samedi 22 juillet 2017 à 6:40 Par Virginie Salanson et Léopold Strajnic, France Bleu Isère

Le loup a fait de l’Isère l’un de ses terrains de chasse, la population du grand canidé a considérablement cru ses dernières années selon les données recensées par la direction des territoires à la préfecture de l’Isère.

Des loups gris d'Europe, dans un parc animalier du Mercantour (Illustration).
Des loups gris d'Europe, dans un parc animalier du Mercantour (Illustration). © Maxppp -

C’est une courbe exponentielle qui inquiète les éleveurs et chamboule les certitudes de certains défenseurs du loup dans l’arc alpin. Au cours de la décennie qui a précédé l’année 2013, on dénombrait une cinquantaine d’attaques du grand canidé. En 2014, le nombre d’attaque a doublé, près de 100 par an. Rebelote en 2016, ce chiffre a de nouveau doublé pour atteindre 196 attaques.

Cet appétit du prédateur correspond naturellement à l’augmentation de la population du loup dans les Alpes. Dans le Trièves, deux meutes ont été recensées, à laquelle il faut ajouter la meute « historique » des hauts du plateau du Vercors.

Autres massifs, autres meutes dans le secteur Belledonne-nord, et puis à Beaumont-à-Cheval avec les hauts Alpes. Enfin, dans le Bas-Grésivaudan, un individu seul a été aperçu dans les Chambarrans, un jeune adulte. Les premières attaques dans ce secteur remontent au mois de mai.

Une trentaine de loups vivraient en Isère

La direction des territoires de la préfecture de l’Isère estime ainsi qu’une trentaine d’individus vit dans notre département sachant que le canidé ne connait pas les frontières, il rayonne sur un territoire d’une trentaine de kilomètres.

Dans le même temps, le gouvernement a publié mercredi au Journal Officiel le nombre de loups qui pourront être abattus l'an prochain : 40 loups en 2017-2018. Le gouvernement fixe aussi un "seuil intermédiaire", à partir de 32 loups tués, les "tirs de prélèvement ne seront plus autorisés", seuls les tirs de défense seront "tolérés".

Les négociations entre ministres de la transition écologique et de l’agriculture ont tété très tendues et très difficiles. Elles duraient depuis le 1er juillet.

→ A lire aussi : Le gouvernement fixe à 40 le nombre de loups pouvant être abattus sur la période 2017-2018

  - Visactu
© Visactu