Infos

Le loup fait son retour dans la Marne

Par Eric Normand, France Bleu Champagne-Ardenne lundi 3 février 2014 à 17:03

Loup
Loup © lightpoet - Fotolia.com

Le cadavre d'un loup abattu par arme à feu a été découvert vendredi par un chasseur sur le domaine de la commune de Coole dans le département de la Marne. Ces derniers mois, l'animal avait déjà été identifié dans l'Aube, la Haute-Marne et les Ardennes mais pas encore dans la Marne.

Le chasseur qui a découvert la dépouille du loup a contacté le correspondant local de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Samedi, un expert national du réseau Loup-Lynx a examiné l'animal qui a confirmé qu'il s'agissait bien d'un loup mâle adulte, mort depuis plusieurs jours des suites d'une blessure par arme à feu. L'animal sera autopsié. Les analyses devraient permettre de savoir d'où vient l'animal et s'il appartient à une meute.

Le loup n'est pas dangereux pour l'homme, c'est un animal craintif

Anne Frézard, la directrice du parc Argonne découverte, qui accueille une douzaine de loups, était notre invitée à 8H10:

Anne Frézard, du parc Argonne Aventure, réagit.

Une enquête des agents de l'ONCFS est en cours pour identifier l'auteur du coup de feu qui risque une peine d'amende pour l'abattage illégal d'un animal d'espèce protégée.

Yann Dacquey, le Directeur départemental adjoint des territoires de la Marne:

Le loup est un animal protégé

D'où vient le loup? 

Le loup est un animal qui marche beaucoup et qui fait beaucoup d'aller-retours. Dans le massif forestier vosgien, trois loups, dont un couple qui a donné naissance cet été à des louveteaux, ont été identifiés depuis avril 2011. Le secteur est distant d'une centaine de kilomètres du lieu des attaques en Champagne.

Le loup n'était jamais remonté aussi au Nord.

L'animal a déjà été vu en Champagne-Ardenne. Des pièges photographiques avaient été disposés dans la Marne après les nombreuses attaques dans des exploitations frontalières aux départements de la Haute-Marne et de l'Aube et ces deux préfectures avaient même autorisé des tirs de défense contre les prédateurs. Les deux départements ont subi depuis fin mai 2013 plus d'une vingtaine d'attaques de troupeaux occasionnant la mort par égorgement ou par euthanasie d'une centaine d'ovins.

Partager sur :