Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le maire de Firminy favorable au projet d’extension du site de Borde-Matin mais sous certaines conditions

vendredi 16 février 2018 à 17:05 Par Mélodie Viallet, France Bleu Saint-Étienne Loire

Marc Petit est un des rares élus de la vallée de l'Ondaine à se positionner pour ce projet. Un projet d’agrandissement du centre de stockage de déchets de Roche-la-Molière. Mais le maire de Firminy exige certaines conditions.

Marc Petit le maire communiste de Firminy
Marc Petit le maire communiste de Firminy © Maxppp - Maxppp

Roche-la-Molière, France,

Il l’a redit, Marc Petit est favorable au projet d’agrandissement et de prolongation du centre de stockage de déchets de Roche-la-Molière. 

Selon l’édile, la Loire produit 1 millions de tonnes de déchets par an et "donc il est indispensable de traiter ces déchets et une grande partie nécessite d’être enfouie. C’est pour cette raison que le conseil municipal de Firminy a voté pour la prolongation du site de Roche-la-Molière surtout qu’il n’y a plus de centre de déchet ailleurs dans la Loire ". 

Oui mais si quatre conditions sont respectées 

Mais Marc Petit et son conseil municipal ont donné leur accord si quatre conditions sont respectées. 

La première est que le tonnage soit plafonné à 300 000 tonnes par an, alors que pour le moment Suez le groupe exploitant souhaite porter la capacité de stockage des déchets à 500 000 tonnes par an. Deuxièmement, Marc Petit demande à ce que les importations soient limitées aujourd’hui et à l’avenir à leur niveau actuel : "Nous ne voulons pas devenir la poubelle de la région et voir venir des déchets du Rhône ou de la Haute-Loire" précise-t-il. 

Enfin, le maire communiste de Firminy exige aussi que les travaux visant à réduire les nuisances olfactives pour les riverains se poursuivent ainsi que la recherche d'un nouveau site dans le cadre du SYDEMER (Syndicat mixte d'étude pour le traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais) 

Désormais, il faut attendre la publication de l'arrêté du préfet qui devrait se faire à la fin du mois de février.