Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le maire LR de Rognac toujours opposé au stockage de déchets dangereux dans sa commune

mardi 9 octobre 2018 à 10:26 Par Hélène Fromenty, France Bleu Provence et France Bleu

Alors que les habitants de Rognac (Bouches-du-Rhône) se mobilisent contre l'implantation d'un site de stockage de déchets dangereux, le maire de la ville enfonce le clou. Stéphane Le Rudulier ne veut pas de l'usine Recydis. Il envisage déjà un recours auprès du tribunal administratif.

Le site de Rognac stockerait notamment des déchets contenant de l'amiante - Photo d'illustration.
Le site de Rognac stockerait notamment des déchets contenant de l'amiante - Photo d'illustration. © Maxppp - BERTRAND BECHARD/MAXPPP

Rognac, France

Personne ne veut de l'usine Recydis à Rognac (Bouches-du-Rhône). C'est en substance ce qu'a martelé ce matin, au micro de France Bleu Provence, le maire Les Républicains de la commune, Stéphane Le Rudulier. Pendant que les habitants se mobilisent contre l'implantation de ce site de traitement des déchets dangereux, l'élu a récemment écrit au préfet pour rappeler son opposition au projet. 

"Je dénonce d'abord la méthode utilisée, explique Stéphane Le Rudulier. Une semaine avant le début de l'enquête publique sur ce centre [elle s'est terminée le 5 octobre, NDLR], on nous annonçait déjà la création de cette activité. La moindre des choses aurait été que l'entreprise viennent rencontrer les dirigeants locaux."    

La maire s'en prend ensuite à l'enquête publique en tant que telle. "À aucun moment, la commune n'a donné son accord pour ce projet. Or c'est ce qui est écrit dans les documents, c'est totalement faux."

Pollution et respect de l'environnement

Sur le fond du dossier, c'est le risque de pollution qui inquiète le maire et ses 4.000 administrés. "Le site va traiter 20.000 tonnes de déchets dangereux, dont de l'amiante, alors que les premières habitations son placées à 500 mètres. Sans compter la densification de la circulation, qui est déjà problématique. Rognac a assez souffert de pollutions diverses et variées. Nous voulons changer de paradigme et nous ne céderons pas."

Pourtant, cette usine pourrait créer des emplois dans la commune et ses environs ? "Oui mais il y a des lieux plus stratégiques que près de ces habitations, reprend le maire. Nous ne sommes pas contre le développement économique, mais cela ne doit pas se faire au détriment du cadre de vie." 

Stéphane Le Rudulier a rendez-vous avec le préfet le 15 octobre pour évoquer ce sujet. Il envisage de déposer dans la foulée un avis négatif du conseil municipal. "J'ai commencé une étude d'impact : nous sommes dans une zone humide, avec trois espèces protégées sur le site. Des mesures compensatoires devront être prises." Et si la préfecture n'entend pas raison ? "On déposera un recours auprès du tribunal administratif."