Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Climat – Environnement

Le muséum de Bourges trouve un accord avec les gestionnaires de parcs éoliens pour protéger les chauves-souris

samedi 6 janvier 2018 à 16:57 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Moins de chauves-souris tuées par les éoliennes ? Le muséum de Bourges fait tout pour réduire la mortalité provoquée par les pales sur ces petits mammifères nocturnes. Il est à l'origine d'un accord avec France Energie Eolienne.

Laurent Arthur, directeur adjoint du muséum de Bourges tenant à la main des chauves-souris victimes d'éoliennes
Laurent Arthur, directeur adjoint du muséum de Bourges tenant à la main des chauves-souris victimes d'éoliennes © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Cet accord va permettre de mieux évaluer l'impact de ces éoliennes sur les populations de chauves-souris, quitte à limiter l'activité des machines à certaines heures.  A l'origine de cet accord, Laurent Arthur, conservateur adjoint du muséum de Bourges, grand spécialiste européen des chauves-souris.  Tout a démarré par une étude menée par le muséum de Bourges en 2016. Les naturalistes ont prouvé que certains parcs éoliens pouvaient tuer jusqu'à une dizaine de chauves-souris par an. En cause, la dépression provoquée par les pales qui fait éclater les organes de ces petits mammifères lorsqu'elles volent à proximité. 

Sur cette carte, chaque pointe colorée correspond à un cadavre de chauve-souris aux abords d'une éolienne, à l'Ouest de Bourges. - Radio France
Sur cette carte, chaque pointe colorée correspond à un cadavre de chauve-souris aux abords d'une éolienne, à l'Ouest de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

"En zone céréalière où on pensait ne trouver quasiment aucun cadavre de chauves-souris, on en a ramassé jusqu'à une quarantaine. Cela nous a ébranlés et nous avons pu participer à une table ronde de professionnels de l'éolien où on a débattu de cela. " explique  Laurent Arthur. Après presque un an de discussion, un accord a été trouvé avec France Energie Eolienne, région Centre Val de Loire pour toutes les nouvelles machines qui seront installées.  A l'avenir, le bridage des éoliennes sera la norme aux heures où les chauves-souris sont les plus présentes, sauf à démontrer que la zone ne présente pas de risques pour ces mammifères. 

Les chauves-souris tuées par les éoliennes ne présentent aucune plaie extérieure.  - Radio France
Les chauves-souris tuées par les éoliennes ne présentent aucune plaie extérieure. © Radio France - Michel Benoit

Frédéric Roch, membre de France Energie Eolienne, a beaucoup oeuvré de son côté : "Il ne s'agit pas d'arrêter les machines selon un principe de précaution _mais d'étudier la présence des chauves-souris pour déceler les heures où elles volent le plus afin de limiter l'activité des machines à ces horaires là.  _On procédera donc à des campagnes d'enregistrement grâce à des micros spéciaux installés sur les éoliennes et on pourra vérifier la présence des chauves-souris avec une assez grande précision." Il ne s'agit pour l'instant que de recommandations, précise Laurent Arthur : "Ce sera au ministère de l'environnement, via la Dreal, de vérifier sa mise en oeuvre. Il ne faut surtout pas, comme cela arrive trop souvent que l'on oublie la bio-diversité, même quand il s'agit d'agir contre le réchauffement climatique et donc pour la préservation de notre environnement. Trop souvent on ne réfléchit pas assez globalement. même quand les intentions sont les meilleures."  Le muséum de Bourges estime que les éoliennes pourraient perdre 3 % de temps d'activité. La présence des chauves-souris est également trop souvent ignorée lors des travaux d'isolation des immeubles. Les mammifères se voient parfois enfermés dans des cavités où elles finissent par mourir. Ces programmes de lutte contre les déperditions d'énergie font également disparaître une partie de leur habitat. A Bourges, le muséum installe des nichoirs extérieurs pour les chauves-souris sur certains immeubles rénovés.