Climat – Environnement DOSSIER : Le dossier du jour de France Bleu Vaucluse

Le nécessaire entretien des rivières avant les épisodes méditerranéens

Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse mercredi 20 septembre 2017 à 6:10

Le Lez dans la traversée de Bollène
Le Lez dans la traversée de Bollène © Radio France - Philippe Paupert

Le code de environnement rend obligatoire l'entretien des rivières. Les aménagements des cours d'eau sont parfois polémiques car plusieurs visions s'affrontent pour éviter les crues meurtrières lors des épisodes méditerranéens comme il y a 25 ans, lors de la crue dramatique de l'Ouvèze.

L'article L 215-14 du code de l'environnement est consacré à l'entretien des cours d'eau pour permettre l'écoulement naturel des eaux; notamment par l'enlèvement des débris et l'élagage de la végétation des rives. Cet entretien régulier est une obligation. C'est au propriétaire de le faire, sauf s'il est confié à la commune ou au syndicat de rivière. Mais entretenir, ce n'est pas tout dégager. Quand on entretient la végétation des rives, il ne faut pas dessoucher pour ne pas déstabiliser les berges. Il faut dégager les embâcles les plus gênants, les petits atterrissements, les formations de gravier ou de sable sans modifier le gabarit de la rivière. Sinon, cela devient un aménagement, et là il faut déclarer les travaux en préfecture car il y a le risque d'aggraver les crues en aval et de provoquer des dégâts sur l'environnement.

Interdiction de prélever du gravier dans le lit de la rivière

Le syndicat de rivière du Lez mène une expérience pilote pour surveiller le niveau de gravier dans la rivière et pouvoir "enlever les matériaux dans le lit de la rivière sans toute la procédure administrative". Les riverains s'indignent pourtant de la présence d'îles de gravier et d'arbres imposants: "vont-ils se coucher en cas de crue importante ou être emporter et former un bouchon sous le pont comme lors de la crue de 1993?" s'interroge Valérie Jourdan.

Le syndicat mixte du bassin versant du Lez va installer des bassins d'inondations sur 60 hectares en amont de Bollène pour permettre à la rivière de s'étaler dans ses méandres. Une digue de quatre kilomètres sera dressée. Les digues dans la traversée de Bollène seront reconstruites pour élargir le cours de la rivière. Les riverains demandent aussi aux communes en amont de prévoir des bassins de rétention lorsqu'elles créent des zones d'activité ou de nouveaux lotissements.