Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le niveau baisse trop vite : la baignade interdite au lac de Pont

mercredi 8 août 2018 à 21:00 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Ce jeudi, le maire de Pont-et-Massène va prendre un arrêté pour interdire la baignade au lac de Pont. Après l'épisode de canicule, le niveau de ce réservoir de l'Auxois diminue fortement et pose des problèmes de sécurité.

Bientôt, des barrières sur cette plage vont empêcher l'accès à l'eau
Bientôt, des barrières sur cette plage vont empêcher l'accès à l'eau © Radio France - Jacky Page

Pont-et-Massène, France

Il avait fait le plein après les fortes précipitations du printemps, mais une fois de plus, le lac-réservoir de Pont est en train de se vider. Depuis le début de la saison de baignade, il a perdu près de deux mètres. Son niveau recule chaque jour de 7 à 10 centimètres. Au point qu’il passe aujourd’hui sous un seuil minimal réglementaire de 19, 20 m, fixé par arrêté préfectoral. Pourquoi faut-il alors empêcher la baignade ? « Parce qu’au bout de cette plage assez pentue, il y a un trou. Il y a un coffrage en béton qui a été effectué il y a quelques années, et donc un trou de 2,70 m à peu près », explique le maire Patrick Roux. Autrement dit, les baigneurs risquent brutalement de ne plus avoir pied. D’où le risque d’accidents, et la nécessité de prendre un arrêté pour interdire la baignade. Des barrières vont être installées pour empêcher l’accès à l’eau sur la plage.

Le phénomène se répète désormais chaque année

Une situation agaçante, car récurrente. En 2015, le lac avait été vidé pour des travaux impératifs sur le barrage. Mais ensuite, chaque été, la saison a été écourtée à cause d’un manque d’eau dans ce réservoir qui alimente le canal de Bourgogne. Voies Navigables de France explique que l'épisode de canicule et l'absence de pluies significatives ont eu un fort impact, avec une baisse rapide en juillet, d'où l'abaissement des barrages. Des arguments qui ne satisfont pas pleinement ceux qui profitent de ce plan d’eau. Ils soupçonnent que le canal de Bourgogne vieillissant laisserait filer beaucoup plus d’eau que nécessaire.

L'économie locale pénalisée

Si certains baigneurs ont pour habitude de ne pas tenir compte des panneaux d’interdiction, d’autres ont l’intention de s’y conformer. Comme ce père de famille, fataliste : « moi je ne prends pas de risque, si c’est interdit, je reste chez moi, ou on ira ailleurs ». C’est bien ce que redoute l’économie locale, car si on vient l’été à Pont-et-Massène, c’est bien pour profiter du lac. Le camping municipal risque de souffrir de l'interdiction de baignade, ainsi que la restauration. Florence Bizouard gère le restaurant Chalet du Lac. Elle a une clientèle d'habitués locaux, mais les visiteurs de passage risquent de se faire rares : « là c’est sûr, avec la baisse et la publicité qui est faite autour de l’interdiction de baignade, forcément, on aura moins de monde ».

Frankline Cusey, présidente du club nautique sinémurien, devant des pontons qui deviennent difficilement accessibles - Radio France
Frankline Cusey, présidente du club nautique sinémurien, devant des pontons qui deviennent difficilement accessibles © Radio France - Jacky Page

D'ici une semaine, une nouvelle cote fatidique sera atteinte, 18, 70 m, avec cette fois l'interdiction du ski nautique. Frankline Cusey, présidente du club nautique sinémurien se prépare à cesser aussi les locations de pédalos et de bateaux de promenade électriques. Il devient dit-elle difficile d'y accéder : « il est difficile d’accéder à l’eau tout simplement. On se retrouve avec des escaliers qui sont faits pour, et qui sont complètement découverts, ensuite on est sur les cailloux, pour la pratique des activités kayaks et pédalos, le matériel s’abîme ». Les caissons en aluminium des pontons flottants finissent par toucher le fond, ce qui les détériore. Et puis il y a aussi la sécurité des usagers. « Les passerelles d’accès aux pontons sont maintenant inclinées à 45 degrés ». Cela devient périlleux pour un public âgé.

"La garantie d'un niveau suffisant ne nous est pas donnée"

La présidente du club nautique se souvient qu’en 2015, pendant que le barrage était en travaux et que le réservoir était à sec, le canal de Bourgogne avait fonctionné normalement, preuve que l’on peut capter sans problème de l’eau dans d’autres réservoirs. Elle estime qu'il faut réfléchir à un partage équitable de l'eau, afin de garantir un niveau acceptable de ce lac, un atout touristique du Semurois. « Le lac de Pont sera demain un spot touristique. C’est l’expression utilisée souvent par les élus des Terres d’Auxois. Mais pour l’instant, le problème de fond, c’est l’alimentation en eau, et la garantie d’un niveau suffisant ne nous est pas donnée. » En attendant, la saison semble bien compromise. Il faudrait une bonne semaine de pluie pour retrouver un niveau satisfaisant.