Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le nombre de truites en chute libre dans l'Ariège, en raison d'une maladie causée par des parasites

dimanche 12 août 2018 à 6:05 Par Sarah Mansoura, France Bleu Occitanie

Les pêcheurs de l'Ariège sont inquiets. La population des salmonidés, en particulier des truites, se réduit drastiquement depuis plusieurs années dans la rivière éponyme. La fédération de pêche de l'Ariège va lancer prochainement une étude sur tous les cours d'eau du département.

La rivière Ariège
La rivière Ariège © Maxppp - Illustration

Ariège, France

Que se passe-t-il dans la rivière Ariège ?  Depuis plusieurs années les pêcheurs assistent à un effondrement de la population de truites : moins 70%, voire moins 80%, selon une étude réalisée par la fédération de pêche de l'Ariège, datée de 2016. La situation n'est pas encore durable et catastrophique, mais la fédération va lancer prochainement une étude sur tous les cours d'eau du département.

Un parasite qui s'attaque aux jeunes poissons

Les jeunes truites sont attaquées par un parasite et développent une maladie, la PKD. Tout provient du bryozoaire. Cet organisme, souvent confondu avec une algue, prolifère dans la rivière, notamment quand le débit est trop faible, ou la température de l'eau au dessus des 15°C. 

Il produit des parasites qui s'accrochent aux truites juvéniles et qui attaque leurs foies et leurs reins. Selon Jean-Pierre Jenn, délégué régional Pyrénées de l'association nationale de protection des eaux et rivières (Anper), la cause de cette maladie pourrait se trouver "dans la vétusté des stations d'épuration, défaillantes, ou les rejets d'eau chaude", propices à la prolifération du parasite. 

Nouvelle étude lancée mi-août

Si la situation n'est pas encore dramatique, il faut surveiller et tenter de limiter au maximum la contamination des cours d'eau. Les associations de pêcheurs diffusent désormais des conseils à leurs membres, dans les magasins de pêche, ou encore aux pratiquants de sports nautiques. Il faut bien nettoyer ses vêtements et son matériel pour ne pas contaminer des rivières.

La fédération de pêche de l'Ariège va lancer dans les prochains jours une nouvelle étude, pour connaître l'étendue du problème et mesurer l'étendue de la présence des parasites dans les 14 cours d'eau ariégeois.