Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Le parc national des Pyrénées va mesurer l'impact de la pollution lumineuse sur les chauves-souris

vendredi 22 février 2019 à 5:02 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le Parc national des Pyrénées va mesurer l'impact de la pollution lumineuse pour préserver les chauves-souris. Des "bat box", des boîtiers permettant d'enregistrer les ultra-sons émis par certaines espèces, vont être installées dans tout le parc, côté bigourdan, au printemps.

Le ciel étoilé du Parc national des Pyrénées
Le ciel étoilé du Parc national des Pyrénées - L. Nédélec - Parc national des Pyrénées

Hautes-Pyrénées, France

Le Parc national des Pyrénées veut garder son beau ciel étoilé. Actuellement, 40% de la lumière émise par les éclairages publics se disperse directement vers le ciel. Un gâchis d'énergie bien sûr, sans compter que cela nous empêche de bien voir les étoiles. Et surtout, la nuit noire est indispensable pour le déplacement, et donc la survie de certaines espèces de chauves-souris. 

La "bat box" : un boîtier pour enregistrer les ultra-sons

Le parc national des Pyrénées va donc poser au printemps, pour la deuxième année consécutive, des "bat box" (littéralement des "boites à chauve-souris), c'est à dire des boîtiers, équipés de micros, qui enregistrent entre autre les ultra-sons émis par les chauves-souris. 

Des données très utiles explique Eloïse Deutsch, chargée de mission développement durable au Parc national des Pyrénées : "On fait ensuite un traitement statistique des données, pour savoir à partir de quel seuil de pollution lumineuse on constate une baisse drastique du nombre de chauves-souris _qu'on est capable d'entendre. Ce qui veut dire qu'au delà d'un certain seuil de pollution lumineuse, il est probable que cela les impacte tellement qu'elles ne vont plus à cet endroit là. Notre objectif est ensuite de regarder les endroits où on sait qu'il y a des chauves-souris, mais où le seuil de pollution lumineuse est élevée, et d'_aller voir les communes pour leur dire qu'il serait peut-être intéressant qu'on travaille ensemble pour mener des opérations de conversion de l'éclairage par exemple, ou de voir si c'est intéressant d'éteindre les lumières en deuxième partie de nuit, par exemple en lisière de forêt. L'idée, c'est de travailler sur l'éclairage, de façon très pratique, en lien avec la présence avérée d'une espèce de chauve-souris".

La réduction de la lumière émise par les éclairages publics permet aussi de faire des économies. Le maire d'Aulon, en Bigorre, a ainsi réduit la facture de 40%. Depuis 2013, le parc national des Pyrénées est l'un des deux territoires en France à avoir reçu le label Réserve internationale de ciel étoilé