Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le plan de Martine Vassal pour améliorer la qualité de l'air à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône

mardi 16 octobre 2018 à 15:24 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

Après l'annonce d'une aide pour l'achat d'une voiture électrique, la présidente du département des Bouches-du-Rhône et de la métropole Aix-Marseille-Provence lance un plan vélo et prévoit d'interdire les véhicules les plus polluants dans le centre de Marseille.

Martine Vassal présente son agenda environnemental (photo d'illustration)
Martine Vassal présente son agenda environnemental (photo d'illustration) © Maxppp -

Marseille, France

Martine Vassal s'est engagée ce mardi à Marseille à réaliser d'ici 2025, 146 km pour les métros, tram et bus contre 60 km aujourd'hui, 100 km de voies réservées aux cars sur les autoroutes sur le modèle de la ligne 50 entre Aix-en-Provence et Marseille, 140 km de voies ferrées modernisés. 

15.000 places de parking et 3.600 places de vélo

50 gares routières et parcs relais devraient être requalifiés. 15.000 places de parking et 3.600 places de vélo en parking relais devraient également être créées.

Des véhicules interdits dans le centre de Marseille contre la pollution

Martine Vassal annonce que dans "des zones à faibles émissions" une interdiction d'accès et le cas échéant des plages horaires déterminées pour certaines catégories de véhicules qui ne répondent pas à certaines normes d'émissions seront instaurées.  

Une zone de circulation différenciée en cas de pollution

En plus de la généralisation de la piétonisation de la partie basse de la Canebière et des rues adjacentes, la présidente du département des Bouches-du-Rhône et de la métropole Aix-Marseille-Provence souhaite transformer le centre-ville de Marseille en un "archipel arboré". Une nouvelle règlementation des livraisons dans l'hypercentre est prévue. Par ailleurs, en cas d'épisode de pollution de plus de quatre jours et du déclenchement de l'alerte de niveau 2, une zone de circulation différenciée sera mise en place en 2019. 

Des bus électriques et des cars GNV

La métropole veut favoriser les énergies propres dans les transports en commun en sortant progressivement du diesel pour faire rouler les bus et autocars à l'électricité ou au gaz. En plus du bus à haut niveau de service (BHNS) d'Aix-en-Provence, qui sera mis en circulation en 2019, la RTM (Régie des trasports métropolitains) doit faire l'acquisition de 15 bus électriques. D'ici à 2021, 50 autocars circulant au gaz (GNV) seront achetés. Une station GNV sera construites à Vitrolles pour alimenter le réseau des Bus de l'Etang.

Électrification des quais du Grand port maritime

"Le nombre d’escales dans le Grand port maritime de Marseille ne cesse de croître, générant une augmentation des émissions polluantes des navires à quai. En effet, pendant leur escale à Marseille, les bateaux sont obligés de laisser tourner leur moteur afin de produire l’électricité dont ils ont besoin. C’est pourquoi le Département a acté un contrat d’objectifs avec le Grand port maritime de Marseille pour l’électrification à grande échelle des quais, qu’il financera à hauteur de 6 millions d’euros", indique Martine Vassal dans un communiqué.

Une aide pour l'achat d'un véhicule électrique

Le dernier, Martine Vassal avait annoncé une aide de 5.000 euros pour l'achat d'un véhicule neuf. Un dispositif prévu pour 1.000 véhicules chaque année. Quelque 475 bornes à recharge rapide ou semi-rapide doivent être déployées sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône : 120 bornes seront installées en 2019 et la totalité d’ici à 2021.

Jusqu'à 400 euros pour acquérir un vélo électrique

Dès janvier 2019, 1.000 aides seront proposées pour l’acquisition de vélos électriques correspondant à 25 % du coût d’acquisition pour un montant qui peut atteindre 400 euros. L’offre sera nominative et limitée à un foyer fiscal par an pour tous types de vélos à assistance électrique achetés neufs

À l’horizon 2021, 2.000 vélos classiques et électriques seront mis en location moyenne et longue durée à un tarif attractif (environ 40 euros par mois) pour favoriser l’utilisation de ce mode de transport pour les déplacements du quotidien.

Un plan vélo de 60 millions d'euros

La métropole Aix-Marseille-Provence lance un plan vélo de 60 millions d'euros sur cinq ans avec l'objectif de doubler le nombre d'utilisateurs d'ici à 2024. Des "lignes cyclables express" doivent être créées : 

  • Ligne rocade extérieure Pointe Rouge - Capitaine Gèze par le boulevard urbain sud, les aménagements de surface de la L2 et BHNS B4/B5 jusqu’à Capitaine Gèze soit 18 km (livraison échelonnée 2019-2024) 
  • Ligne rocade intérieure Luminy-La Rose par le boulevard Michelet, la rocade du Jarret- Sarthe La Rose, soit 7 km à échéance 2024 
  • Ligne littoral de l’Estaque au Vieux-Port par le bd du Littoral, Corniche-Parc des calanques entrée Pastré soit 23 km (étude lancée fin 2018) 
  • Ligne Nord gare Saint-Charles – Septèmes soit 15 km (étude de faisabilité lancée en dec 2018) 
  • Ligne voie verte des berges de l’Huveaune : liaison entre Marseille et à terme Aubagne par les berges de l’Huveaune, soit 13 km (dès 2020).

Par ailleurs d'ici 2024-2025, les pôles d’échanges multimodaux métropolitains seront équipés de places de stationnement pour vélos.Dès octobre 2018, création d’un parking vélo de 40 places sécurisées à la gare Saint-Charles.

Une aide pour acquérir des appareils de chauffage haute performance

Le département compte 47.000 équipements de chauffage au bois dont les rejets peuvent représenter jusqu’à 30 % des émissions de particules fines relevées sur le territoire. Parmi ces appareils, 17.400 constituent le seul ou le principal moyen de chauffage du logement et sont, à ce titre, les plus polluants.