Climat – Environnement

Le pommier, symbole de la Normandie, est-il menacé ?

Par Katia Lautrou, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin mardi 21 avril 2015 à 17:36

Vergers Pommes Pommiers Cidres Cidricole Normandie Calvados
Vergers Pommes Pommiers Cidres Cidricole Normandie Calvados © Francis Gaugain/Radio France

La fédération des bouilleurs de cru et récoltants de l'Ouest s'inquiètent de voir de moins en moins de pommiers haute tige dans les campagnes normandes. Ce sont ces pommiers au tronc de deux mètres qui permettent notamment aux vaches de manger l’herbe sous les arbres.

Un pommier haute tige présente un inconvénient de taille : il faut attendre entre 18 et 20 ans pour qu’il soit économiquement viable. Alors aujourd'hui beaucoup de producteurs de cidre en Normandie préfèrent cultiver ce que l'on appelle des pommiers basse tige. Beaucoup plus petits. Et qui ne reflètent en rien les traditionnels grand pommiers de notre région.

Le pommier haute tige : patrimoine normand

Il y a plusieurs années des subventions ont été données pour arracher les pommiers haute tige trops contraignants et "aujourd'hui on s'aperçoit que la Normandie ce sera le désert si on ne cultive plus de pommiers haute tige et dans les décennies qui viennent vous ne trouverez plus de calva ni de bon cidre bouché " affirme Louis Prével le président de la fédération des bouilleurs de cru et récoltants de l'Ouest. Les pommiers haute tige ont été arrachés aussi après guerre pour pouvoir cultiver du maïs afin de nourrir les animaux.

"Dans ma jeunesse il y avait des pommiers haute tige partout et de les voir disparaître pur moi c'est un mal et j'ai l'impression que c'est la Normandie qui perd beaucoup" précise Gilbert Martin, 85 ans, un habitant de Saint-Sauveur-Le-Vicomte passionné de pommiers normands haute tige.

Inciter les particuliers à replanter des pommiers haute tige

Pourquoi ne pas subventionner l'année prochaine les particuliers qui planteraient des pommiers haute tige dans leurs jardins, leurs vergers ? L'idée est actuellement à l'étude. La région et le département de la Manche ont été alerté par la fédération des bouilleurs de cru et récoltants de l'Ouest. Louis Prével son président : "En février-mars on pourrait par exemple donner une subvention à celui qui planterait 10 pommiers. Tout le monde est prêt. Il ne faut pas grand pour planter 10 pommiers. Il va y avoir une mobilisation générale et ce sont les producteurs de pommiers à cidre qui vont en profiter."

Syndicat national des bouilleurs ambulants (illustration). - Radio France
Syndicat national des bouilleurs ambulants (illustration). © Radio France