Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le porte-parole de la Confédération paysanne en garde-à-vue

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Picardie

Après l'action surprise menée par la Confédération paysanne ce mercredi matin contre la "ferme des 1000 vaches" dans la Somme, Laurent Pinatel, porte-parole du syndicat agricole, est en garde-à-vue.

Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération Paysanne.
Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération Paysanne. © MaxPPP

Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, est en garde-à-vue ce mercredi soir. Il a été arrêté à Amiens en fin de journée. En cause : une action menée par des opposants à la "ferme des 1000 vaches".

Démonter la salle de traite

Ce mercredi matin, une cinquantaine de militants de la Confédération paysanne, dont Laurent Pinatel, ont mené une action éclair sur le site de la "ferme des 1000 vaches" près d'Abbeville, entre Drucat et Buigny-St-Maclou. Leur objectif était de démonter la salle de traite fraîchement construite.

Laurent Pinatel, patron de la Confédération paysanne, expliquait alors : "L'agriculture ce sont des paysans qui ont vocation à produire de l'alimentation non pas dans des usines mais dans des fermes ".

Dégradations

Après l'arrivée des gendarmes et quelques tensions avec les ouvriers de l'exploitation, les manifestants étaient repartis en emportant des pièces trouvées sur place. Quatre d'entre eux avaient cependant été placés en garde-à-vue à cause des dégradations commises sur place. 

Le reste du groupe de militants de la Confédération paysanne a continué sa journée au ministère de l'Agriculture, à Paris, pour y déposer les pièces "prélevées" à la "ferme des 1000 vaches".

Interpellé à la gare

Laurent Pinatel est ensuite revenu à Amiens. Il a été interpellé à sa descente du train, à la gare, et placé en garde-à-vue. Les opposants à ce projet multiplient les actions depuis plusieurs mois. Mi-janvier, ils ont occupé le site et bloqué le chantier de construction de cette exploitation. La première traite dans cette ferme est prévue mi-juillet. Ce mercredi soir, une partie des militants est encore présente sur le site polémique.