Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le préfet de Haute-Loire dit non au projet éolien des Vastres

mercredi 3 octobre 2018 à 16:48 Par Marie Rouarch, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans un arrêté du 21 septembre 2018, le préfet de Haute-Loire refuse l'autorisation de construction et d'exploitation de cinq éoliennes, sur la commune des Vastres, au sud du Chambon-sur-Lignon. Une victoire pour les opposants au projet, mobilisés depuis 12 ans.

La Haute-Loire compte déjà des éoliennes, notamment à Ally.
La Haute-Loire compte déjà des éoliennes, notamment à Ally. © Maxppp - Philippe Vacher

Les Vastres, France

Le préfet de Haute-Loire s'oppose à l'installation de cinq éoliennes dans le massif du Mézenc, sur la communes des Vastres. Dans son arrêté du 21 septembre 2018, il évoque notamment l'impact sur "le site classé du massif du Mézenc et en particulier le mont Mézenc et les autres sommets avoisinants". La procédure va se poursuivre en justice.

Le projet ne date pas d'hier, il a été lancé il y a 12 ans déjà. Il prévoit l'installation de deux éoliennes à proximité de la commune de Fay-sur-Lignon, les trois autres à 2,5 km de là, sur les hauteurs du bourg des Vastres. Des mâts de 150 mètres de haut qui ne font pas l'unanimité, loin de là. 

Un "ouf" de soulagement pour les opposants

Une association, notamment, se mobilise contre ce projet : l'APPEM, association pour la préservation des paysages exceptionnels du Mézenc. Elle attendait impatiemment la décision préfectorale. Pour Gilbert Richaud, un de ses représentants, "c'est un soulagement par rapport à ce projet perçu comme une menace". "C'est aussi pour nous une satisfaction de voir la prise de conscience de la valeur de ces paysages", ajoute-t-il. 

Gilbert Richaud poursuit : "on a gagné une nouvelle bataille mais _la guerre n'est pas finie_, puisque les promoteurs vont déposer un recours devant le tribunal administratif. On est néanmoins confiant car on ne voit pas comment la justice pourrait aller contre la volonté générale". L'APPEM estime que le Mézenc n'est pas un lieu adéquat pour accueillir un quelconque parc éolien. 

Les éoliennes n'ont pas leur place dans le massif du Mézenc selon Gilbert Richaud, de l'APPEM

Les défenseurs du projet y croient encore

Le maire des Vastres, Jean-Luc Dandois, défend, lui, le projet bec et ongles. Il n'est pas surpris de la décision du préfet de Haute-Loire. Les résultats de l'enquête publique ne lui étaient pas franchement favorables. Lors d'une rencontre avec le représentant de l'État, l'été dernier, il l'avait senti frileux sur le sujet. 

Et pourtant "c'est un bon projet pour le Mézenc" affirme Jean-Luc Dandois. À l'époque actuelle, "il faut se tourner vers les énergies alternatives et les éoliennes sont un moyen naturel de fabriquer de l'électricité. Les cinq machines qui devraient être implantées sur le territoire de la commune produisent _autant d'électricité que 30 à 40 hectares de panneaux photovoltaïques_. Le rendement est bien meilleur !"

Malgré cet échec, Jean-Pierre Dandois, maire des Vastres, croit au projet.

Le maire des Vastres fait le pari de la patience. Ce refus est certes un échec mais il ne signe pas pour autant la fin du projet. Il revient désormais à la justice, saisie par les promoteurs, de trancher. "On devrait avoir une décision d'ici un an et demi deux ans, si ça va assez vite !", précise l'élu.