Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le protocole d'accord sur les bassines "est mort" pour les opposants

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu La Rochelle

Le projet de construction de 16 retenues d'eau sur le bassin de la Sèvre niortaise "est mort", estime le collectif "Bassines non merci" après plusieurs décisions et documents qui ont été rendus la semaine dernière.

Le collectif "Bassines non merci" continue la mobilisation
Le collectif "Bassines non merci" continue la mobilisation © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

Le protocole d'accord sur les bassines "est mort. Il ne peut pas en être autrement. Si nos élus et l'Etat appliquent les rapports et documents tombés la semaine dernière, ça n'est plus tenable", lâche Julien Le Guet, du collectif "Bassines non merci", toujours mobilisé contre le projet de construction de 16 retenues d'eau sur le bassin de la Sèvre niortaise (13 en Deux-Sèvres, une dans la Vienne et deux en Charente-Maritime).

Le collectif cite trois nouveaux éléments : d'abord, l'annulation de l'arrêté d'irrigation du marais poitevin par le tribunal administratif de Poitiers notamment à cause des volumes de prélèvement autorisés. "C'est le chiffre de 2006 qui sert pour le projet de bassines soit cinq millions de m3 de trop", commente Julien Le Guet. Il y a aussi le rapport du conseil national de protection de la nature "qui dénonce les manquements du parc naturel régional du marais poitevin et l'absence d'études globales sur l'ensemble des projets de bassines", poursuit le militant.

Et puis il y a les instructions ministérielles du 7 mai 2019 suite aux Assises de l'eau précise Julien Le Guet. "Elles sont très claires, pour toute construction de ce type, le territoire doit faire l'objet d'une grande consultation publique. C'est ce qu'on demande depuis le début".

On va monter des CRS, des camps de résistance et de surveillance"

"Si l'Etat et le porteur de projet venaient à poursuivre le projet tel quel, c'est évident qu'ils trouveront en face une détermination citoyenne sans précédent", prévient Julien Le Guet. Le collectif est prêt à créer une ZAD. Julien Le Guet évoque des CRS, "des camps de résistance et de surveillance avec une mobilisation dès qu'il se passe la moindre chose"

Le collectif précise qu'il ne compte pas occuper des terrains privés sans accord. "On invite tous les citoyens qui voudraient accueillir des gens qui veulent résister à le faire. Plein de gens ont compris que cette bataille des bassines dans le marais poitevin, c'était la bataille des bassines de toute la France".

Une nouvelle manifestation est prévue les 29 et 30 juin à Mauzé-sur-le-Mignon.