Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le Rainbow Warrior à quai à Cherbourg pour dénoncer "l'impasse nucléaire"

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Le célèbre navire de l'ONG Greenpeace arrive à Cherbourg ce jeudi. Il accostera quai de France et y restera jusqu'à lundi. Avec tout de même une sortie en mer vendredi pour dénoncer les problématiques liées au nucléaire.

Le Rainbow Warrior lors d'une précédente visite dans le port de Cherbourg.
Le Rainbow Warrior lors d'une précédente visite dans le port de Cherbourg. - Greenpeace

Le Rainbow Warrior est venu à plusieurs reprises à Cherbourg. On devrait plutôt dire, "les" Rainbow Warrior puisque ce sont 3 bateaux différents qui ont successivement porté ce nom, depuis le premier, coulé par les services de la DGSE et venu à Cherbourg en 1980, jusqu'à l'actuel navire de l'ONG antinucléaire. 

Après une journée amarré au quai de France, le navire prendra la mer vendredi pour longer les côtes de la Hague. "Le Cotentin est le symbole du problème du nucléaire", indique Yannick Rousselet, le responsable nucléaire au sein de Greenpeace. "Il y a la saturation des piscines d'entreposage des déchets nucléaires de l'usine Orano de la Hague, les rejets en mer au large du Nez de Jobourg, et évidemment l'échec de la construction de l'EPR, qui devait démarrer en 2012 et ne sera finalement pas mis en service avant 2022". Ces problèmes seront évoqués à bord du bateau à l'occasion de cette "promenade" le long des côtes de la Hague

Continuer de sensibiliser la population

Greenpeace ne prévoit pas d'action coup de poing. "On inscrit cette navigation dans le cadre du débat en cours sur la gestion des déchets nucléaires", précise Yannick Rousselet avant d'ajouter : "Nous avons interdiction de nous approcher à moins de 250 mètres des convois nucléaires au risque d'amendes importantes. Avec cette action, nous voulons montrer qu'Orano ne nous fera pas taire et que nous continuerons de sensibiliser la population au risque de l'industrie nucléaire".