Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le réchauffement climatique a sévèrement accentué les risques et les températures de la canicule de juillet

-
Par , France Bleu

Le réchauffement climatique a fait augmenter les températures de la vague de chaleur de 1,5 à 3°C en juillet, estime un groupe de scientifiques qui publie son étude ce vendredi. Selon eux, le changement climatique a surtout multiplié par au moins dix le risque de canicule en France.

A Paris, le 25 juillet dernier.
A Paris, le 25 juillet dernier. © AFP - BERTRAND GUAY

Sans le réchauffement climatique, la canicule de juillet qui a touché la France aurait eu au moins dix fois moins de risques de se produire. C'est la conclusion de l'étude publiée par un groupe de scientifiques ce vendredi. Ils estiment également que le changement climatique lié aux activités humaines a accentué les températures de cette vague de chaleur extrême de 1,5 à 3°C. Plusieurs records de température ont été battus fin juillet en France, mais aussi Europe de l'ouest.

"Sans le changement climatique induit par les humains, une canicule aussi exceptionnelle que celle-ci aurait eu des températures environ 1,5 à 3°C moins élevées", détaillent les chercheurs du réseau World Weather Attribution. Les scientifiques ont pris comme référence les trois jours consécutifs les plus chauds de cet épisode caniculaire.

"Un tel événement aurait eu une probabilité extrêmement faible de se produire" sans le changement climatique

Mais surtout, les scientifiques, qui ont combiné plusieurs modèles, estiment qu'"un tel événement aurait eu une probabilité extrêmement faible de se produire" sans le changement climatique en France. "La probabilité qu'un tel événement se produise a été multipliée par au moins dix", selon leur rapport. Concernant la canicule qui avait frappé l'Hexagone fin juin, les scientifiques avaient déjà calculé qu'elle avait été rendue "au moins cinq fois plus probable" que si l'Homme n'avait pas altéré le climat.

Des vagues de chaleur qui risquent de se multiplier 

Ces vagues de chaleur sont appelées à se multiplier et à s'intensifier sous l'effet du réchauffement climatique. Au cours des 2.000 dernières années, les températures mondiales n'avaient jamais augmenté aussi rapidement, selon des études publiées fin juillet dans les revues Nature et Nature Geoscience. 

Juin 2019 a d'ailleurs été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, notamment en raison de la canicule. Juillet pourrait également atteindre des sommets et battre le record de juillet 2016, selon des données provisoires de Copernicus, le service européen sur le changement climatique et de l'Organisation météorologique mondiale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess