Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le réchauffement climatique dans nos Pyrénées : dites le avec des fleurs

-
Par , France Bleu Béarn

Une équipe du Conservatoire botanique national des Pyrénées et Midi-Pyrénées de Bagnères de Bigorre a passé trois jours à 2947 mètres d’altitude fin juillet, pour mesurer les impacts des changements climatiques sur la flore des sommets Pyrénéens. C'est le projet international GLORIA.

L'un des botanistes en plein inventaire
L'un des botanistes en plein inventaire - @Alexandre Reteau/CBNPMP

Bagnères-de-Bigorre, France

Le Conservatoire national des Pyrénées emploie une trentaine de botanistes à Bagnères de Bigorre. Leur mission est de préserver la flore sauvage, cela passe par des inventaires et une collaboration avec les institutions et les collectivités locales. Par exemple, au moment de chantiers importants, mais aussi pour l'entretien d'espaces naturels, certaines méthodes de fauche sont notamment à privilégier pour favoriser la présence de certaines plantes. Le conservatoire de Bagnères est compétent des Pyrénées basques à l'Aveyron.

Grâce  au programme transfrontalier FLORAPYR, financé par l'Europe, l'Etat et les régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine, le conservatoire a pu participer au programme international GLORIA. 

Alexandre Reteau, chargé de communication au Conservatoire national de Bagnères de Bigorre

Une mission pour mesurer l'impact précis du réchauffement climatique sur la flore des sommets pyrénéens

Pendant trois jours : les 29, 30 et 31 juillet, une équipe du Conservatoire a grimpé au sommet du pic du lac des Gentianes (2 729m) et du pic de Labas (2 947m) entre le cirque de Gavarnie et le Vignemale. Sur place ils ont procédé à un inventaire précis de la flore en suivant le protocole fixé par le programme Gloria et qui est le même dans le monde entier. C'est le point zéro de l'opération. Dans sept ans, un nouvel inventaire sera réalisé au même endroit et selon le même protocole, on connaîtra alors exactement l'impact du réchauffement climatique sur la flore de ces sommets. L'opération sera ainsi reconduite tous les sept ans, un délai suffisamment long pour gommer les effets d'années météorologiques exceptionnelles.