Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le recyclage des sarments séduit de plus en plus de vignerons en Côte-d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne
Corgoloin, France

En Côte-d'Or, une jeune société propose de donner une seconde vie aux sarments de vigne. Plutôt que de les voir partir en fumée, Vitis Valorem collecte les bois de vigne une fois taillés avant de les transformer. Un recyclage de déchets verts qui séduit de plus en plus de vignerons.

La société Vitis Valorem collecte les sarments de vignes en Côte-d'or, pour leur donner une "seconde vie"
La société Vitis Valorem collecte les sarments de vignes en Côte-d'or, pour leur donner une "seconde vie" © Radio France - Stéphanie Perenon

A Corgoloin, dans le domaine de Damien Gachot, on ne voit pas de fumées comme on en voit en ce moment sur la côte viticole. Et pour cause, chez lui, les brûlages de sarments c'est du passé. Le vigneron a choisi de laisser une jeune société côte-d'orienne, venir ramasser les bois taillés. C'est donc les saisonniers employés par Vitis Valorem qui sont chargés de venir les chercher. "Nous on s'occupe de tailler la vigne et aussi de mettre en tas ces fameuses branches de vignes qui vont servir à faire des agrafes de vignes, de piquets ou encore des matériaux composite à base végétale", explique le vigneron. Il a d'ailleurs été le premier à y croire, dès 2013 " Ce qui me plait dans cette dans transformation , c'est qu'il y aura une nouvelle vie et qu'on trouvera ces bois de Bourgogne dans des choses inattendues, comme dans les pare-chocs de demain pourquoi pas !" s'enthousiasme t-il.

Le sarment une fois broyé et séché aura une seconde vie, transformé en piquet ou en agrafe de vigne
Le sarment une fois broyé et séché aura une seconde vie, transformé en piquet ou en agrafe de vigne © Radio France - Stéphanie Perenon

Offrir une seconde vie aux sarments

Car une fois la matière première collectée, elle est transportée à Meursault, où est basée la société fondée par Stéphane Bidault. "La  matière est broyée puis séchée et ensuite expédiée pour être réincorporée dans d'autres matières. On commercialise ensuite les produits finis comme les des piquets et les agrafes de vignes." Mais d'autres projets sont en cours de développement, dans le secteur du meuble et même de l'industrie automobile. Le patron de cette jeune société côte-d'orienne, née il y a cinq ans, est heureux de voir que les vignerons adhèrent petit à petit à son projet" C'est une bonne nouvelle pour la viticulture, pour l'environnement mais aussi pour l'emploi car on a commencé à un salarié et nous sommes aujourd’hui une douzaine."

De gauche à droite, Stéphane Bidault le fondateur de Vitis Valorem et Damien Gachot, vigneron à Corgoloin
De gauche à droite, Stéphane Bidault le fondateur de Vitis Valorem et Damien Gachot, vigneron à Corgoloin © Radio France - Stéphanie Perenon

Rien ne se perd dans le sarment

C'est le principe de l'économie circulaire, un concept cher à Stéphane Bidault, pour qui voir brûler chaque année les sarments étaient un crève-cœur. _"On voit toujours le coté pittoresque de la fumerolle au milieu des vignes, c'est joli mais je pense qu'on peut faire autrement et surtout on peut donner une seconde vie à un déchet qui peut être utile_

Le principe est intéressant pour tout le monde, le fait de ramasser les sarments évite une manipulation pour le domaine, comme le brûlage, qui est coûteux et prend du temps. Le brûlage massif est un problème, il faut démarrer avec du matériel pas très sympathique il faut de la main d'oeuvre mais aujourd'hui on peut répondre à cette problématique."

La société récolte aujourd’hui près d"une tonne de sarments sur une centaine de domaines viticoles
La société récolte aujourd’hui près d"une tonne de sarments sur une centaine de domaines viticoles © Radio France - Stéphanie Perenon

Les vignerons y trouvent aussi leur compte, "on ne vend pas les sarments mais on partage les frais de ramassage avec la société et c'est un coût bien moindre que si nous le faisions nous même" précise Damien Gachot.

"Aujourd’hui on est dans une logique de gestion  de la pénurie et tout ce qui va servir pour  faire des économies sur la matière première ce sera important" conclut Sébastien Bidault.

→Écoutez le reportage à 6H12 et 7H42 ce mardi 26 décembre sur les ondes de France Bleu Bourgogne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess