Climat – Environnement

Le salon de l'Agriculture reste le salon le plus populaire de France

Par Julie Guesdon, France Bleu dimanche 1 mars 2015 à 19:31

Le Salon de l'Agriculture 2015 a fermé ces portes ce dimanche
Le Salon de l'Agriculture 2015 a fermé ces portes ce dimanche © MaxPPP

Le 25e salon de l'Agriculture s'est achevé ce dimanche. En neuf jours, près de 700.000 personnes ont défilé dans la plus grande ferme de France, à Paris, sur fond d'enjeux climatiques mais aussi politiques, avec les élections départementales à la fin du mois. Un bilan satisfaisant pour les organisateurs qui craignaient une forte baisse de fréquentation à cause des attentats de janvier.

C'est un peu moins que l'année dernière, mais le 25e salon de l'Agriculture, qui se tenait porte de Versailles à Paris, a accueilli 691.000 visiteurs sur les 9 jours.

Cette année, le salon s'est déroulé dans une atmosphère particulière. Après les attentats qui ont fait 17 victimes à Paris début janvier, les organisateurs craignaient une importante baisse de la fréquentation. Mais la plus grande ferme de France reste le salon le plus populaire du pays, puisque la baisse n'est que de 12.000 personnes.

Le climat à l'honneur

Cette année, le salon était tourné vers l'innovation, alors que Paris accueille le sommet sur le climat fin 2015. L'agriculture, d'où provient 21% des émissions de gaz à effet de serre en France, doit se tourner vers les nouvelles technologies, par l'intermédiaire des drones, des GPS et des machines agricoles de précision, pour réduire l'utilisation d'énergie et de pesticides. 

A cet effet, François Hollande a annoncé vouloir "investir davantage dans la recherche", fondant l'avenir économique du secteur sur l'innovation. Un signal accueilli très favorablement par la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, qui réclame de longue date de renforcer la compétitivité, l'innovation et le productivisme de l'agriculture française.

Problème : loin des grandes exploitations américaines, le modèle français est axé sur l'exploitation familiale, pour qui la question du financement est primordiale, alors que les nouvelles machines agricoles sont quasiment impossibles à acquérir autrement qu'en coopérative. 

Les départementales en embuscade

Le contexte politique a également largement empiété sur le salon, qui s'est transformé en terrain électoral à l'approche des élections départementales, les 22 et 29 mars prochain.

Outre le gouvernement qui a largement mis en garde les agriculteurs contre la tentation du vote FN, Nicolas Sarkozy ou encore Marine Le Pen ont arpenté les stands pour tenter de renforcer leurs positions en milieu rural... pour le plus grand agacement des agriculteurs, qui auraient aimés que l'on parle un peu plus d'agriculture et moins de politique.

Partager sur :