Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Le site de l'ancienne raffinerie Pétroplus est en cours de dépollution

Le groupe spécialisé dans la dépollution Valgo intervient depuis 2015 à Petit-Couronne. Valgo a investi 60 millions d'euros pour décontaminer l'ancien site de la raffinerie Pétroplus. Celle-ci a fermé ses portes en 2013. Ces travaux de dépollution devrait durer encore jusqu'en 2020.

La fin des travaux de dépollution du site de l'ancienne raffinerie Pétroplus devrait intervenir d'ici 2020
La fin des travaux de dépollution du site de l'ancienne raffinerie Pétroplus devrait intervenir d'ici 2020 © Radio France - Flavien Groyer

Petit-Couronne, France

Le groupe spécialisé dans la dépollution, Valgo, intervient depuis 2015 à Petit-Couronne. Valgo a investit 60 millions d'euros pour décontaminer l'ancien site de la raffinerie Pétroplus. Celle-ci a fermé ses portes en 2013. Ces travaux de dépollution devrait durer encore jusqu'en 2020. De nombreuses entreprises s'installeront ensuite et redynamiseront le territoire.

Dépollution, désamiantage, destruction

Depuis fin 2014, c'est l'entreprise Valgo qui possède les 240 hectares du site de l'ancienne raffinerie Pétroplus. Cette société est une société spécialiste de la dépollution : 60 millions d'euros ont été investis par le groupe. Une de leur mission et pas des plus simples,  pomper les hydrocarbures infiltrés dans les sols comme l'explique François Bouché, le président de Valgo : "Ce site est un site où il y a eu des accidents avec des écoulements d'hydrocarbures. On a retrouvé 10 000 mètres cube d'hydrocarbures sur la nappe phréatique."

600 puits ont d'ailleurs été construits pour ce pompage. Plus de 70% de de la dépollution serait réalisée mais pour Yvon Scornet, élu CGT et Porte Parole des Pétroplus - chimiste à l'époque de la fermeture - estime lui de son côté que rien n'est dépollué : "Il n'y a rien de dépollué, il faut traiter le sol, brûler les terres et remettre tout en état".

Ce qui inquiète le plus les anciens de chez Pétroplus, ce sont les nouvelles structures qui vont être installées  : "Si un site est pollué et que vous mettez un bitume par-dessus et que vous en faites un parking c'est pas pour cela que vous enlevez la dépollution qu'il y a en-dessous" affirme Yvon Scornet.

Tout le site ne peut pas être dépollué - François Bouché

Une partie des terres va être traitée avec des produits made in Valgo assure François Bouché. Il assume : le site ne peut pas être décontaminé dans son ensemble : "On ne dépollue jamais un site à 100% quand son usage reste un usage industriel". Il continue : "La nature peut finir le travail".

Valgo doit également démolir une partie des bâtiments mais pas tout pour que les entreprises puissent s'implanter.

De nouvelles entreprises implantées

Parmi les entreprises qui vont s'implanter, il y a Gazeley. Cette entreprise de logistique vient de signer un protocole de partenariat avec Valgo. A la fin des travaux de dépollution, Gazeley pourra s'implanter, construire de nouveaux bâtiments sur 32 hectares et les louer à d'autres entreprises spécialisées dans la logistique.

Onze entreprises sont implantées en 2019, entre 15 et 20 le seront en 2021. En tout, ce sont entre 750 et 1000 emplois qui devraient être crées à terme sur l'ensemble du site à l'horizon 2022-2023. Ce serait le double par rapport au nombre de salariés de Pétroplus : 65% d'entre eux ont d'ailleurs retrouvé un CDI depuis la fermeture et de nombreux Pétroplus voient leur ancienne entreprise disparaître, un crève-cœur pour Yvon Scornet : "Il n'y a pas longtemps je suis passé devant. Je ne voulais pas tourner la tête. Il y a tout un tas de trucs qu'on ne verra plus. C'était aussi ma vie".

La plus haute cheminée de 170 mètres de haut sera dynamitée en 2020. - Radio France
La plus haute cheminée de 170 mètres de haut sera dynamitée en 2020. © Radio France - Flavien Groyer

La destruction des cheminées aux alentours de 2020 et surtout de la plus emblématique, la rouge et blanche de 170 mètres de haut, symbole de l'ancienne raffinerie, marquera le début d'une nouvelle ère à Petit Couronne.