Climat – Environnement

Le train du climat en escale à Dijon

Par Maxime Bacquié, France Bleu Bourgogne et France Bleu vendredi 9 octobre 2015 à 19:58

Le train du climat en gare de Dijon
Le train du climat en gare de Dijon © Radio France - Maxime Bacquié

Avant la grande conférence sur le climat qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre prochain, un train un peu spécial sillonne la France pour alerter sur le changement climatique. 19 étapes sont prévues sur son parcours, dont Dijon, où il s'est arrêté ce vendredi.

Parti le 6 octobre de Paris, le train du climat faisait sa 4e escale en gare de Dijon ce vendredi. Ouvert au public, il permet de comprendre comment fonctionne concrètement le climat, à travers des ateliers et des vidéos mais aussi et surtout grâce aux explications des scientifiques à bord. "On voulait aller dans des villes moyennes qui n'ont pas l'habitude de voir débarquer des scientifiques", explique Christophe Cassou, chercheur au CNRS, et qui est à l'origine de ce projet. "L'objectif était d'utiliser un moyen de transport qui émet le moins possible de gaz à effet de serre, et le train en est un," glisse Christophe Cassou.

1 % seulement du CO2 rejeté par les transports provient du train, il fait donc figure de bon élève, alors que le secteur des transports est justement le plus polluant, avec 27 % du total des gaz à effet de serre. Le message que Christophe Cassou veut faire passer avec ce train, c'est qu'il faut agir vite, très vite, sinon le climat pourrait devenir invivable avant la fin du siècle. "La température moyenne risque d'augmenter de 5 ou 6 degrés d'ici à 2100 si on ne fait rien".

"La canicule de 2003 pourrait devenir un été normal d'ici à 2050" C. Cassou

Les jeunes visés par ce train ludique

Les jeunes sont clairement visés par ce train ludique. Une dizaine de classes de Bourgogne se sont déplacées ce vendredi pour faire la visite. Des médiateurs étaient présent pour expliquer dans des termes simples les risques pour le futur si rien ne change. Un discours qu'a écouté attentivement Romain, élève en classe de seconde au Lycée de Fontaine, en Saône-et-Loire. "J'essaye de faire attention. Quand on m'a dit que la pollution était responsable du réchauffement, je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose. J'ai une moto, et j'essaye donc de la prendre la moins possible. J'utilise plus mon vélo". En voilà un de convaincu.

Plusieurs classes de la région ont fait la visite. - Radio France
Plusieurs classes de la région ont fait la visite. © Radio France - Maixme Bacquié