Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Le vignoble de la vallée du Loir a souffert du gel

lundi 15 avril 2019 à 18:49 Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine

Il a gelé sur les coteaux du Loir. Les températures nocturnes ont été négatives à plusieurs reprises ces deux dernières semaines. Malgré les efforts des viticulteurs, il y aura des dégâts. La fin d'hiver exceptionnellement chaude a amplifié la sensibilité de la vigne au froid.

Les vendanges 2019 sont en partie compromises dans la vallée du Loir (photo d'illustration).
Les vendanges 2019 sont en partie compromises dans la vallée du Loir (photo d'illustration). © Radio France - Louis de Bergevin

Sarthe, France

Pour l'instant aucun viticulteur ne se risque à estimer l'ampleur des dégâts mais, c'est sûr, il y en aura. Les nuits ont parfois été glaciales ces deux dernières semaines, sur le vignoble de la vallée du Loir comme sur d'autres. Dans le Sud-Sarthe, les -3° ont été atteints à plusieurs reprises. Après un premier épisode de gel nocturne il y a dix jours, les températures sont à nouveau descendues sous le zéro le week-end dernier. 

D'autres facteurs ont aussi joué "surtout le jeudi 4 avril, racontre Christine Nicolas, viticultrice à Lhomme. C'étaient _des brouillards givrants_, l'humidité a prolongé le froid pendant longtemps, ça fait des dégâts".

Des vignes en avance donc plus fragiles

Les dégâts du froid ont été amplifiés par l'avance de nombreuses parcelles de vigne, suite aux chaleurs exceptionnelles de février. Les bourgeons sont  sortis jusqu'à trois semaines plus tôt que l'année dernière, et c'est la partie la plus vulnérable de la plante.

Mais tous les coteaux n'ont pas subi le froid de la même manière. "Certaines parcelles entourées de forêt ont été préservées, note Anne-Sophie de Verchère, viticultrice à Chahaignes. Ailleurs, des bourgeons commencent à réapparaître alors qu'ils n'était pas là vendredi dernier. Aujourd'hui, je suis sincèrement incapable de dire quel sera le taux de perte suite au gel."

Comme elle, la plupart des viticulteurs de la vallée du Loir se donner quelques semaines pour estimer l'ampleur des dégâts.