Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Les abeilles, victimes de la sécheresse et des fortes chaleurs

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Le secteur de l'apiculture est inquiet. Les températures élevées et le manque d'eau ne favorisent pas la pousse des fleurs et des plantes. Les abeilles ont donc du mal à se nourrir.

Photo d'Illustration
Photo d'Illustration © Maxppp - Maxppp - Geoff Swaine

Courbeveille, France

La sécheresse inquiète les apiculteurs. Dans les ruches, les abeilles se sentent mal et peinent à trouver de la nourriture. Les fleurs et les plantes, la base de leur alimentation, ne poussent pas ou presque à cause du manque d'eau. 

"La reine réduit sa ponte, moins de population et donc moins de récolte", un apiculteur mayennais

Les conditions météo actuelles ne sont pas favorables aux abeilles. Thierry Cocandeau est apiculteur à Courbeveille, dans le Sud-Mayenne : "Il y a un manque d'aires de butinage car les fleurs grillent. Au-delà de 35 degrés, la photosynthèse ne se fait plus et la plante ne peut plus donner le meilleur d'elle-même pour les abeilles. Il n'y a pas de mortalité supplémentaire constatée mais une réduction de l'activité. La reine réduit sa ponte. Moins de population, moins de butineuses et moins de récolte à la fin aussi. La récolte sera catastrophique dans certaines parties du pays. Chez nous, comme en Bretagne et en Normandie, on a de la chance d'avoir des conditions météo plus clémentes. On a réussi à tirer notre épingle du jeu grâce à la miellée du printemps qui n'a pas été trop mauvaise". Avec de tels phénomènes climatiques, une surveillance accrue des colonies est indispensable conclut-il.

Les abeilles sont, par ailleurs, des sentinelles de la biodiversité et elles sont en train de disparaître. L'association Abeilles Mayennaises a récemment dressé un constat alarmant. Au cours de l'hiver 2017-2018, malgré une grosse production de miel, la mortalité des abeilles a atteint le seuil de 38 % en Mayenne contre 16 à 17 % les années précédentes. Cela représente la disparition de deux ruches sur cinq dans le département. Selon l'association, plusieurs facteurs expliquent ce déclin, comme par exemple le parasite Varroa, l'environnement (pesticides et pratiques agricoles), le frelon asiatique présent depuis 2004 ou encore l'évolution du climat.