Climat – Environnement

Les agents de la FARN en exercice à la centrale nucléaire de Gravelines

Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu vendredi 25 mars 2016 à 7:00

Manœuvre d'un camion de la FARN au bord du plan d'eau
Manœuvre d'un camion de la FARN au bord du plan d'eau © Radio France - Cécile Bidault

Les hommes et les femmes de la FARN ont passé la semaine à la centrale nucléaire de Gravelines, pour un exercice grandeur nature. La FARN, c'est la Force d'action rapide du nucléaire, créée par EDF, après la catastrophe de Fukushima, au Japon. Elle est composée de 300 agents.

C'est l'une des mesures prises en France, après la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, il y a 5 ans : la création par EDF de la FARN, la Force d'action rapide du nucléaire. Ces équipes ont pour mission d'intervenir en cas de situation extrême sur des centrales françaises (tremblement de terre, tsunami, inondations), et ainsi éviter la catastrophe, et les rejets radioactifs dans l'atmosphère. Cette semaine, 60 hommes et femmes de la FARN étaient en exercice grandeur nature à la centrale nucléaire de Gravelines.

Exercice de la FARN sur la base nautique des rives de l'Aa - Radio France
Exercice de la FARN sur la base nautique des rives de l'Aa © Radio France - Cécile Bidault

Dans les airs, un hélicoptère achemine du matériel, sur l'eau, une barge est également chargée de 6 tonnes d'équipements. Le scénario-catastrophe est celui d'une vague qui aurait submergé la centrale nucléaire de Gravelines, qui ne serait plus accessible par la route. Le directeur de la centrale, François Goulain, commente : "c'est vraiment le retour d'expérience de Fukushima, nous avons voulu renforcer la prise en compte des agressions extérieures naturelles, de type inondation, de type séisme". Le scénario est hautement improbable, mais pour Pierre Eymond, directeur de la FARN, "plutôt que de se dire que cela ne peut pas arriver chez nous, nous apprenons du retour d'expérience internationale".

300 agents formés, prêts à intervenir

La FARN est composée de 300 agents, basés sur 4 sites nucléaires en France : Paluel en Seine Maritime, Bugey dans l'Ain, Dampierre dans le Loiret et Civaux dans la Vienne. En cas d'incident, ils doivent être sur place en moins de 12 heures, et intervenir en 24 heures. Leur mission est d'acheminer le matériel nécessaire pour alimenter les réacteurs avec des groupes électrogènes, injecter de grandes quantités d'eaux ou d'air, pour éviter le pire, comme la fusion du cœur d'un réacteur, et les rejets radioactifs massifs dans l'atmosphère. Pour qu'un accident nucléaire ne se transforme pas en catastrophe.

Reportage lors de l'exercice de la FARN à Gravelines