Climat – Environnement

Les agriculteurs inquiets du manque de pluie en Creuse

Par Adrien Bossard, France Bleu Creuse lundi 19 décembre 2016 à 18:35

 Denis Mathieu, en train de nourrir ses taurillons, avec sa propre récolte de céréales.
Denis Mathieu, en train de nourrir ses taurillons, avec sa propre récolte de céréales. © Radio France - Adrien Bossard

Pas une seule goutte de pluie depuis le mois de décembre en Creuse, les agriculteurs tirent la langue. Les cultures sont semées depuis l'automne et si la situation perdure, la récolte s'annonce mauvaise au printemps.

Lorsqu'Olivier Mandeix consulte ses données météorologiques, il est catégorique. "Pour l'instant, il n'a plus du mois de décembre en Creuse, assure le climatologue à Météo-France Limoges. Cela relève du domaine de l'exceptionnel, mais c'était déjà le cas l'an passé." D'habitude, il tombe une centaine de millimètres sur Guéret, soit un dixième des précipitations de l'année.

Pour les agriculteurs, cette sécheresse automnale n'est pas alarmante, mais pourrait le devenir. Les terres manquent d'eau, alors que les cultures viennent d'être semées. Au GAEC Dumathieu, à La Souterraine, Denis Mathieu, l'un des trois associés, se dit un peu inquiet. Sur ces 55 hectares, les fumures de fond n'arrivent pas à prendre. "Il est encore intact, comme il a été épandu il y a trois semaines. Et en principe, avec de la pluie, ça devrait être dissout dans la terre", dit-il en montrer son champ de blé. Les petits morceaux blancs sont encore visibles au sol.

Il y a encore, au sol, de la fumure de fond. Elle n'a pas réussi à se dissoudre dans le sol, manque de pluie oblige. - Radio France
Il y a encore, au sol, de la fumure de fond. Elle n'a pas réussi à se dissoudre dans le sol, manque de pluie oblige. © Radio France - Adrien Bossard

"Cela peut créer des problèmes pour les veaux, des diarrhées notamment", Denis Mathieu, éleveur bovin

Pour Denis Mathieu, cela pose problème car la récolte est destinée à engraisser ses taurillons et ses vaches, 500 bêtes au total. "Déjà, l'année 2016 a été catastrophique en terme de récolte. Alors, si on a la même année 2017, on ne va pas s'en sortir. Et puis, mon bétail en souffrira car ils vont manger du fourrage de mauvaise qualité. Et derrière, les veaux peuvent avoir des diarrhées." Et surtout, sur un plan sanitaire, la viande est invendable.

Denis Mathieu a donc anticipé. Il vient d'acheter du fourrage dans le commerce au cas où la pluie n'arriverait pas.

Le reportage d'Adrien Bossard